Groupement Transfrontalier

Libre circulation : le ciel s’obscurcit

Comment ne pas être inquiet quant à l’avenir de la libre circulation des personnes entre la Suisse et l’Union européenne ? La dénonciation par le patronat suisse de la convention collective de travail dans le bâtiment et le succès important du parti d’extrême droite UDC aux dernières élections risquent de peser lourd en cas de votation populaire sur la poursuite ou non des accords bilatéraux. Et soyons-en persuadés, il y aura bien une votation sur ce thème en 2009 puisque les accords le prévoient ! Le parallèle entre la dénonciation de la convention collective et la victoire de l’UDC peut surprendre, et pourtant, ces deux faits se conjuguent parfaitement pour inciter le peuple suisse à se prononcer contre la poursuite des accords. La dénonciation de la convention collective de la construction et la crainte, sans doute fondée, d’un dumping salarial va accentuer le sentiment d’une menace sur les salaires et sur le travail chez de nombreux Suisses. D’ores et déjà, les syndicats ont clairement annoncé que, si la convention n’était pas reconduite, ils pourraient se prononcer contre les accords. Le succès des grèves organisées ces dernières semaines prouve la mobilisation des salariés. Une mobilisation d’autant plus importante que la présence syndicale est massive dans le secteur de la construction. Problème, même si les représentants syndicaux vont tout faire pour éviter les dérapages, l’amalgame entre la baisse des salaires et les travailleurs étrangers et/ou frontaliers va immanquablement se développer. Un amalgame d’autant plus dangereux qu’il vient s’associer à la forte poussée de l’UDC. Un parti qui a bâti sa campagne sur la peur des étrangers et la dénonciation de l’Europe. Les moutons noirs peuvent très vite prendre le visage des travailleurs étrangers exerçant dans le pays. Car, même si le parti va devoir faire évoluer son discours, c’est une chose d’être dans l’opposition, c’en est une autre de gouverner. La plupart de ses électeurs comptent bien qu’il maintienne le cap donné lors de la campagne. L’avenir s’assombrit pour tous les travailleurs étrangers en Suisse. Imprimer l'article