Groupement Transfrontalier

Le Fondant Helvète

Chacun connaît la célèbre pâtisserie, le fondant au chocolat. Tiède à l’extérieur il devient chaud lorsque l’on atteint le cœur. Ce gâteau correspond bien à ce que furent, cette année, les relations transfrontalières entre la Suisse et la France voisine. L’explosion de l’économie suisse a masqué la réalité d’un changement profond des relations entre la Suisse et l’Union européenne, ou plutôt entre les Suisses et les Européens. En 2007, nos voisins ont compris que leur pays n’était plus une île perdue au milieu de l’Europe. Une prise de conscience qui s’est traduite par des relations politiques tendues, âpres, parfois difficiles. Comment oublier l’affiche des moutons noirs lors de la campagne électorale de l’UDC ? Comment oublier les attaques incessantes, parfois brutales, parfois plus subtiles que subissent quotidiennement les frontaliers ? Des attaques en provenance de Suisse mais également de France. En Franche-Comté, les décideurs économiques ont cristallisé la Suisse comme étant le facteur de tous leurs maux. Une libre circulation remise en question aussi en Suisse. La dénonciation de la convention collective du bâtiment montre bien la fragilité des relations du travail et la tentation forte de remettre en cause le principe de la libre circulation des travailleurs dès les premières difficultés. Mais, comme le fondant au chocolat, 2007 aura gardé le meilleur pour la fin. Politiquement, tout d’abord. L’éviction du Conseil fédéral de Christoph Blocher, le leader de l’extrême droite, vient démontrer qu’on ne peut dire et faire n’importe quoi sans tenir compte des fondamentaux de la démocratie suisse. Il en va de même pour la perte d’influence de mouvements à caractère clairement xénophobes, comme le MCG à Genève. Une politique transfrontalière qui a repris ses lettres de noblesse avec la mise en place de l’agglomération franco-valdo-genevoise. L’évènement n’a sans doute pas connu la médiatisation qu’il mérite mais son importance pour la construction de l’avenir des régions transfrontalières va se révéler dans les prochaines années. Enfin, n’oublions pas l’économique d’où vient finalement le plus onctueux. Car l’économie suisse se porte très bien, les perspectives apparaissent excellentes et 2008 se présente très favorablement.
Imprimer l’article