Groupement Transfrontalier

Schengen menace les douaniers français

A cheval sur la frontière, les frontaliers ont l’habitude de comparer. Comparer les prix, les conditions de travail mais aussi le fonctionnement des organisations politiques ou administratives. Les douanes n’échappent pas à cette règle et chacun a son avis sur la pratique des gabelous français et suisses. Des douaniers qui sont aujourd’hui en pleine évolution avec la mise en vigueur très prochainement des accords de Schengen. Petit rappel, ces accords, votés par le peuple suisse en 2005 visent à supprimer les frontières internes aux pays adhérents pour accentuer ceux-ci sur les frontières externes. Schengen permet également une bien meilleure collaboration des services de police avec la mise en place d’une gigantesque base de données sur les personnes recherchées au niveau européen. Pour la petite histoire, ce système permet un niveau de collaboration entre les polices des pays supérieur à celui entre les polices des cantons ! Schengen implique donc une disparition des contrôles d’identité aux frontières internes, donc entre la France et la Suisse. Et sur ce point, il est frappant de voir les réactions des douaniers de chaque côté de la frontière. Côté suisse, les douaniers annoncent qu’ils sont prêts et que les contrôles systématiques des personnes aux frontières vont être supprimés avant la fin de l’année au profit de contrôles plus ciblés à l’intérieur du territoire. Une partie des forces sera déplacée sur l’aéroport. Côté français, on fait de la résistance ! Car le corollaire de la mise en place de Schengen est une diminution des effectifs douaniers et une fermeture progressive des douanes. Une situation inquiétante pour les douaniers qui insistent sur le fait que l’accord concerne les personnes et non les marchandises. Ainsi, nous risquons de voir dès la fin de cette année, des postes de douanes où seuls les douaniers français seront présents ! Si l’on peut comprendre le corporatisme qui anime nos douaniers, il semble évident que l’esprit des accords va vers une suppression des contrôles aux frontières. Une suppression ardemment souhaitée par les transfrontaliers qui espèrent une amélioration sensible du passage de la frontière.

Imprimer l’article