Groupement Transfrontalier

La Suisse se tire une balle dans le pied

Difficile d’imaginer pire scénario pour un ministre des affaires étrangères. En acceptant l’initiative contre la construction des minarets à plus de 57 %, le peuple a sacrément compliqué la vie de Micheline Calmy Rey ! Car il faut appeler un chat un chat, cette initiative est une insulte pour les musulmans. Une insulte d’autant plus bête et inutile qu’il n’existait pas, à ce jour, de problèmes particuliers avec les représentants de cette religion dans le pays. Les musulmans en Suisse ne méritent pas ce vote sanction inspiré par la peur, les fantasmes et l’ignorance. Reste que si les conséquences sont difficilement quantifiables, elles pourraient bien être extrêmement lourdes pour l’avenir du pays. Outre les retombées économiques, il s’agit surtout de l’image du pays qui ressort entachée. La Suisse n’est plus le pays des droits de l’homme, de la liberté d’expression, de la neutralité. Depuis quelques mois, elle donne l’image d’une nation qui se recroqueville sur elle-même, effrayée par l’ouverture des frontières et la mondialisation. Il a suffit d’une crise économique pour que se lézarde fortement l’image du pays. Même la ministre des Affaires étrangères remet en cause le principe de libre circulation des personnes dans une émission télévisée, donnant raison aux mouvements populistes qui n’en demandaient pas tant. C’est toujours dans les tempêtes que se révèlent les vraies valeurs des individus et des peuples. C’est un crève-cœur de le dire aujourd’hui, mais en cette période troublée, la Suisse nous déçoit fortement. Il demeure, malgré tout, quelques signes qui maintiennent un peu d’espoir. Le vote largement positif à Genève pour la construction d’un RER transfrontalier, le Ceva, en est un. 2009 restera une année noire pour nos voisins. La Suisse et ses édiles donnent le sentiment d’être embarqués dans une spirale infernale. Celle qui mène au repli sur soi et au rejet des autres. Ce n’est pas la Suisse que nous admirons et que nous aimons. Pourvu qu’en 2010, nos voisins redressent la barre !

Imprimer l’article