Groupement Transfrontalier

2010 : de l’inquiétude à l’espoir !

Il y a tout juste un an, en rédigeant le bilan de l’année 2009 et les perspectives 2010, l’humeur n’était pas à l’optimisme. Et même si des signes de reprise commençaient à se manifester en Suisse, bien peu affichaient de l’optimisme. Pour les travailleurs frontaliers, 2009 restera comme une année noire. Tout au long de la frontière avec la Suisse, plus de 6.000 salariés ex frontaliers pointaient dans les pôles emploi français. Et puis, dès le début de l’année 2010, la reprise s’est manifestée. D’abord dans l’horlogerie, le groupe Swatch, boosté par son charismatique patron Nicolas Hayeck, annonce une augmentation importante des ventes. Le groupe, qui n’a pas licencié durant la crise, est à même de répondre immédiatement au redémarrage des commandes. Baselworld, le salon mondial de l’horlogerie, vient conforter cette évolution. Le secteur repart fortement. Suivi assez rapidement par d’autres secteurs, la santé, l’informatique l’industrie et même le bâtiment. Une seule inquiétude, mais elle est de taille, vient ternir l’optimisme des experts à la veille de l’été, la cherté du franc suisse. Et malgré ce handicap à l’exportation, les résultats de l’automne prouvent que la reprise est, chez nos voisins, bien en place. Chiffre symbole, le taux de chômage redescend de pratiquement un point en une année et se situe à 3,6%. L’année 2011 s’annonce sous de bons auspices. Les indicateurs économiques sont quasiment tous au vert, même le secteur bancaire a relevé la tête et recommence à embaucher. Enfin, la Suisse attire de plus en plus les entreprises extérieures, les hedge found ont depuis un an quitté la city londonienne pour s’installer sur les rives du Léman. Plus de 600 emplois ont été créés dans la région. Dans un tel contexte de reprise, le Groupement transfrontalier européen a lui aussi su tirer profit de ses investissements. Le service emploi, créé il y a trois ans a joué pleinement son rôle. En accompagnant les adhérents ayant perdu leur emploi, en apportant une information précise et objective à tous ceux qui recherchent un job, en lançant le premier forum de l’emploi transfrontalier, il a répondu pleinement aux attentes des frontaliers. Bien évidemment, tous les autres services ont tourné à plein, accueil, juridique, fiscal et social… Tous ont été mobilisés. Le résultat est à la hauteur de l’effort. Le nombre d’adhérents a dépassé les 31 500 fin 2010 soit plus de 1.000 adhésions supplémentaires en une année. Un résultat plus qu’encourageant et qui motive l’ensemble des acteurs de l’association.

Imprimer l'article