Groupement Transfrontalier

Morteau : des bureaux tout neufs pour 2012 !

Afin d’apporter de meilleures conditions d’accueil à ses adhérents et un outil de travail mieux adapté à ses salariés, le Groupement transfrontalier européen investit dans la rénovation de ses locaux de Morteau. Ces travaux entraîneront le transfert des bureaux au 5 Bis Grande Rue à Morteau, dans les anciens locaux du journal "C'est à dire" "Presse Pontissalienne" du 1er octobre jusqu’à la fin de l’année 2011. Afin d’organiser au mieux ce transfert (déménagement du mobilier, transfert du réseau informatique et téléphonique), l’antenne sera fermée du vendredi 14 octobre inclus au vendredi 21 octobre inclus. Vous pourrez toujours nous joindre sur notre centrale d’appels à Annemasse au 04 50 87 86 38 (ligne exclusivement réservée à nos adhérents) ou au 0 892 70 10 74 (tout public – 0,337 €/min). Rappel historique du GTE en Franche-Comté En 1970, des bénévoles hauts-savoyards vinrent à Morteau et à Montbéliard pour assurer des réunions fiscales. Plusieurs frontaliers de la région ont souhaité une présence plus grande du Groupement en Franche-Comté. Quelques années plus tard, en 1993, une assemblée constitutive des sections franc-comtoises décida l’ouverture d’une première antenne à Seloncourt. Très vitre, d’autres permanences s’ouvrirent dans la foulée : Villers-Le-Lac en 1994, La Cure dans le Jura en 1995. L’année 1998 marque l’installation définitive du Groupement en Franche-Comte avec l’ouverture à de l’antenne de Morteau (en remplacement de celle de Villers-Le-Lac puis l’ouverture de celle de Pontarlier en 1999 et enfin le remplacement de la permanence de La Cure par celle Des Rousses. En 2002, deux salariés vinrent rejoindre l’équipe des bénévoles : « Mic » Blondeau, conseillère accueil et Hasna Charid, juriste. Depuis Mic a pris sa retraite et deux autres conseillères sont venues prendre la relève, vous les connaissez bien : Monique Brulport à Pontarlier et Myriam Chapotte à Morteau. Le Groupement transfrontalier est également présent dans les instances transfrontalières franc-comtoises comme la Conférence transjurassienne (CTJ) et le Pays Horloger.
Imprimer l'article