Actualités

Assurance maladie privée, pas de décision sans négociation !

Assurance maladie privée  © GTE
24/09/2012

Le Groupement transfrontalier européen (GTE) a réagi par voie de presse à l’article paru dans Les Echos, le 20 septembre dernier.
« Les frontaliers qui travaillent en Suisse devront cotiser obligatoirement à l'assurance-maladie ( …) Dans la dernière ligne droite des arbitrages budgétaires, le gouvernement envisage de supprimer le droit d’option (…) ». Cet article mentionne également l’augmentation du taux de cotisation qui passerait de 8 à 13,5 %.

Le GTE est extrêmement surpris que cet article de presse fasse état de l’évolution du dossier de l’assurance maladie avant toute concertation avec les associations concernées.

En effet, à la demande de Michel Charrat, président du GTE, Jean-Jack Queyranne, président de la Région Rhône-Alpes, a obtenu la promesse d’un rendez-vous avec Pierre Moscovici, ministre de l’Economie et du Budget afin d’exposer les arguments des associations des travailleurs frontaliers pour le maintien du droit d’option en faveur de l’assurance maladie privée.

Le ministre a d’ailleurs demandé au GTE, il y a une dizaine de jours, un dossier complet en vue de préparer ce rendez-vous. Ce dossier a été envoyé au ministère la veille de la parution de l’article dans les Echos.

A ce jour, nous n’avons aucune information officielle sur l’évolution de ce dossier et attendons encore qu’une date soit fixée.

En accord avec les autres associations de travailleurs frontaliers et de nombreux parlementaires des régions concernées, nous sollicitons au plus vite une rencontre avec M. Moscovici afin d’éclaircir la position du Gouvernement sur ce dossier.

Nous rappelons au Président de la République pour le respect de ses engagements, sur la nécessité d’une concertation avec les partenaires sociaux avant toute décision.