Actualités

Transports lacustres : Ne baissons pas pavillon !

Transports lacustres : Ne baissons pas pavillon © S_Nemeth
05/04/2013

La Sous-Commission Transport Lacustre (SCTL) du Groupement a rencontré ce mercredi 3 avril les représentants de la direction de la CGN.

Cette réunion faisait suite à la séance du 27 février 2013 au cours de laquelle les membres de la SCTL avaient présenté l’impact de la suppression des Navibus et formulé une proposition d’offre alternative.

Retrouvez le compte-rendu dans le fiche ci-contre.
Vous pourrez ainsi consulter les points essentiels et les principales décisions prises lors de cette réunion.

Les résultats de cette phase de négociations avec la CGN nous laissent amers tant les avancées obtenues sont restreintes.
Les seules considérations prises en compte par la CGN sont les problèmes révélés par la SCTL, qu’elle n’avait pas identifiés et qui auraient pu la mettre en porte à faux vis-à-vis de ses commanditaires lors de l’entrée en vigueur du nouvel horaire : manque immédiat de places assises, congestion du M2, saturation des courses retour de 16h30 et 19h30…

Par ailleurs, la CGN relativise les impacts sur les familles et les passagers en les qualifiant de « regrettables mais pas inacceptables » et ne souhaite pas les traiter.

Les chances de voir les 2 Navibus maintenus sur la ligne Thonon-Lausanne pendant l’heure de pointe sont nulless à court terme au moins.
Pour autant, la SCTL demeure persuadée que la voie de la négociation a été la plus pertinente.

Une séance est encore prévue avec la Conseillère d’Etat Vaudoise en charge des infrastructures le 18 avril prochain.

La crise constatée actuellement sur la ligne N2 reflète l’absence d’anticipation de la politique de Transport Public lacustre. Les lignes N1 et N4 connaissent également de graves difficultés.

Pour poursuivre notre action auprès de la CGN et des décideurs concernés, la SCTL du Groupement envisage dans un premier temps :
  • d’organiser une pétition sur l’ensemble des lignes en espérant un nombre important de signataires concernées et interpellées par la situation,
  • de mobiliser les médias : conférence de presse à bord d’un bateau le matin, lettre ouverte…,
  • d’organiser des réunions publiques d’information et de mobilisation.

L’énergie constructive de tous nous est indispensable, nous vous invitons donc à diffuser cette information à vos connaissances.

Nous vous tiendrons informés des prochaines démarches envisagées.