Actualités

Le frontalier, le beurre du frontalier et les insultes à la crémière

 © Orlando Bellini - Fotolia.com
15/09/2014

La question des frontaliers anime actuellement les débats politiques. Antoine Vielliard, maire de Saint-Julien-en-Genevois et conseiller général de Haute Savoie, a dernièrement exprimé sa position vis-à-vis des hostilités croissantes à l’égard des frontaliers, à Genève.
Consultez son article paru dans la Tribune de Genève du mercredi 3 septembre 2014 :

« Le frontalier, le beurre du frontalier et les insultes à la crémière

Le frontalier est un contribuable en or : il rapporte plus de 600 millions de francs d'impôts à la source pour le canton après rétrocession. A cela il faut ajouter 437 millions de francs d'impôts sur les entreprises puisque les frontaliers contribuent pour le tiers de la valeur ajoutée. Au total, chaque frontalier rapporte donc environ 15’000 francs par an à Genève. Une somme supérieure aux 11’000 francs de recettes cantonales par Genevois.
Non seulement le frontalier rapporte plus que le Genevois, mais par ailleurs, il coute moins cher au canton. Le Genevois coûte en moyenne 10’600 francs par an en formation, santé et aide sociale alors que celles des frontaliers et de leurs familles sont financées par la France au bénéfice de l’économie cantonale. Lorsqu’on ajoute les autres frais publics, chaque Genevois coute 18’000 francs par an au budget cantonal contre seulement environ 5'500 francs pour les frontaliers.
En résumé, le canton fait un déficit de -6300 francs par an et par Genevois résidant alors qu'il réalise un bénéfice de +9300 francs par an sur chaque frontalier. Les finances cantonales nous dit-on sont au bord du précipice. Elles y seraient au fond sans les milliards de contribution annuelle des frontaliers depuis plusieurs décennies.

Certes, à travail égal, les frontaliers ont un pouvoir d'achat bien supérieur à celui de leurs collègues et le double de celui de leur voisin. Cela crée des tensions. Bien sûr les revendications indécentes de quelques-uns sur l’assurance maladie ont choqué leurs collègues et leurs voisins. Oui, certains frontaliers manquent de discrétion et de prudence dans l’utilisation de leur pouvoir d'achat hors norme.
Pourtant, insulter les frontaliers de « mendiants » ne résout pas la pénurie de logements. Siffler les frontaliers à un concert est sans effet sur les déficits cantonaux. Chaque pression sur une entreprise qui recoure à Pôle Emploi lorsqu’elle n’a pas trouvé de Genevois, est un auto-goal à l’économie. Discriminer les frontaliers dans le grand état est sans effet sur la réalisation d’infrastructures de mobilité nécessaires à une agglomération de 800’000 habitants.

En bloquant les infrastructures transfrontalières, en s’opposant à l’utilisation de l’impôt des frontaliers pour le financement de la mobilité transfrontalière, en insultant le tiers des actifs et en prônant la discrimination, le MCG a déjà bien scié la branche de l’économie transfrontalière qui fait la prospérité de notre région. Les décideurs vont-ils rester tétanisés par les succès électoraux du MCG jusqu’à ce que la branche tombe sur les Genevois ? Il serait préférable qu’ils expliquent les faits pour que le souverain genevois puisse décider de ses intérêts en connaissance de cause. »