Actualités

La chronique du frontalier

02/10/2015

Chaque lundi, retrouvez la chronique du frontalier sur le Dauphiné Libéré. Si vous n’avez pas pu lire l’édition de cette semaine, il est encore temps de la découvrir ici.

Après le Swiss bashing, voilà le Swiss loving !

Souvenez-vous, il n’y a pas si longtemps, la Suisse apparaissait aux yeux des élites françaises comme le vilain canard de l’Europe. Le pays qui devait être mis sur la liste noire. Le pays de la fraude fiscale, de l’argent planqué, du protectionnisme exacerbé. Nos voisins étaient décrits par les journaux comme des profiteurs avides, enfermés dans leurs frontières et se désolidarisant du reste du monde. Pour le dire en bon français, nous étions en plein Swiss bashing !

Mais voilà, alors que l’Europe et la France s’enfonçaient dans la crise, l’insolente croissance économique de la Suisse a commencé à attirer les regards ! Même notre Président, François Hollande, a fait le déplacement ! Et comme souvent en France, nous sommes passés de la haine à l’amour. Du pays honni au pays exemplaire. Hommes politiques, journalistes, professeurs émérites, tous reviennent sans cesse sur le modèle helvète. La démocratie directe, l’apprentissage, la recherche et développement, même l’accueil des étrangers se trouvent cités en exemple. Pour sortir de la crise, il suffirait de copier notre voisin.

Un revirement qui fait quelque peu sourire dans la douce Helvétie, car comme bien souvent, nos experts ont un peu de retard. Comme le dit parfaitement le rédacteur en chef du magazine romand l’Hebdo, Alain Jeannet, dans son excellent édito, la sauce tourne à l’aigre. En limitant la libre circulation des personnes, avec la votation du 9 février, tout en subissant un franc fort, la Suisse pourrait bien voir son horizon s’assombrir.

Et même si, pour l’instant, beaucoup d’Helvètes n’imaginent pas un recul de leur économie, la réalité à venir pourrait bien se révéler plus compliquée. Il nous faudra alors trouver un autre modèle. A moins d’être en capacité de créer notre propre modèle  pour relancer notre économie, celle de la France et de l’Europe. 

Rêvons alors au jour où les Suisses s’inspireront du modèle français pour assurer leur développement ! Il y a encore du boulot.


Chronique du 28 septembre 2015