Actualités

« Europe mon amour »

© Aleksandar Mijatovic - Fotolia.com
05/02/2016

L’économie suisse ralentit. Et même si, vue de France, la situation de nos voisins fait encore rêver, les voyants passent les uns après les autres du vert, à l’orange voire au rouge. 
Un récent sondage montre d’ailleurs une augmentation sensible du pessimisme des entrepreneurs helvètes.

La raison principale se retrouve évidemment auprès du Franc. Depuis que la Banque Nationale Suisse a cessé de le soutenir il y a tout juste une année, les entreprises exportatrices souffrent. Heureusement, la plupart disposait d’une situation financière confortable. Beaucoup ont ponctionné leurs réserves pour passer le cap. Certaines ont pris des mesures immédiates : allongement du temps de travail sans compensation salariale, gel des embauches, maîtrise drastique des coûts… Autant de mesures qui ont permis de tenir. Mais voilà,  le Franc continue à bien se porter et la parité avec l’Euro se fait au détriment des exportations.

Si l’on ajoute à cette problématique majeure, une économie mondiale compliquée, une fiscalité de plus en plus contraignante et des mesures à venir  limitant  la liberté d’embaucher, on comprend mieux le pessimisme des entrepreneurs helvètes.

Une situation qui induit quelques changements de comportement assez surprenant. Si pendant des années, nos voisins ont souvent regardé l’Europe avec une certaine condescendance pour ne pas utiliser un terme plus fort, voilà qu’ils se prennent à espérer un redémarrage fort de l’économie européenne. La crise qui les menace leur permet de prendre conscience de l’interactivité de nos économies.

Sans une Europe forte économiquement, la Suisse ne peut poursuivre son développement, même en s’appuyant sur les autres régions du monde. Certains ont du mal à l’admettre mais l’évidence apparaît de plus en plus clairement.

La Suisse a besoin de l’Europe et a besoin d’une Europe en bonne santé ! 



Rédigé par Jean-François Besson, Secrétaire général du GTE, cet article a été publié le 1erfévrier 2016 sur le Dauphiné Libéré


Rendez-vous à mercredi prochain pour un nouvel épisode de #LaChroniqueDuFrontalier.