Actualités

" Le rire du Président "

16/03/2016

En dehors de la Confédération helvétique, personne ne le connaissait. Mais grâce à une intervention télévisée, Johann Schneider-Ammann, le Président de la Suisse s’est fait un nom. Il faut dire qu’il a mis le paquet !
Au départ une bonne idée : à l’occasion de la journée des malades, faire un discours sur l’importance du rire pour la thérapie. Problème, toute l’intervention se fait sur un rythme monocorde, sans l’ombre d’un sourire, avec un arrière-plan digne d’une série des années 70.

Une apparition qui a fait le bonheur des humoristes. Yann Barthès présentateur du petit journal de Canal + a bien résumé la vidéo : « sur le papier, c’est plutôt une bonne idée, mais à l’écran ils ont juste oublié qu’il était aussi punk qu’un croque-mort ».

En résumé une communication ratée qui a fait le buzz. A la décharge du Président, le Français n’est pas sa langue maternelle et il lit un prompteur. On peut juste se demander  à quoi sert son service de communication ! 

Mais ce qui est intéressant c’est plutôt la réaction de nos voisins. D’habitude très prompts à se moquer de notre Président, on se souvient de Hollande tête nue sous la tempête qui avait défrayé la chronique aussi en Suisse, là, certains internautes helvètes apprécient beaucoup moins ! « Notre Président les fait rire, le leur les fait pleurer » Ou bien « J’aime mieux un Président qui fait rire qu’un Président qui donne la légion d’honneur à un représentant d’un pays qui pratique la torture… ».
Des réactions d’autant plus courroucées en Suisse alémanique où il faut bien le reconnaître l’autodérision est un peu moins prégnante ! On retrouve là un petit travers de nos voisins,  qui se sentent très vite attaqués et sur réagissent rapidement.

Mais soyons beaux joueurs, nos voisins savent aussi se moquer de leurs représentants. La palme revenant sans doute au célèbre humoriste suisse Yann Lambiel qui a tweeté : « Je ne peux pas rivaliser … J’abandonne le métier ! ».



Rédigé par Jean-François Besson, Secrétaire général du GTE, cet article a été publié le 14 mars 2016 sur le Dauphiné Libéré

Rendez-vous à la semaine prochaine pour un nouvel épisode de #LaChroniqueDuFrontalier.