Actualités

En Suisse le recyclage ne suffit plus

15/09/2016

Aucun doute sur ce point, parmi les cellules souches qui composent l’ADN de notre voisin helvète on trouve celle du recyclage.  En ce domaine, le Suisse est champion toute catégorie.
En 2015, le taux de recyclage des déchets ménagers en Europe atteint difficilement les 28%, il dépasse allègrement les 53 % en Suisse. Seules l’Allemagne, l’Autriche et la Belgique font mieux.

Il faut dire que, dès sa plus jeune enfance, le petit helvète apprend à respecter son environnement. Jeter un papier par terre reste un acte fortement répréhensible.
D’abord moralement mais aussi pécuniairement si un zélé pandore vous surprend en pleine action. Autre évolution qui nous surprend beaucoup nous autres Français : dans la plupart des cantons, les sacs poubelles sont taxés. 

Autant vous dire qu’il vaut mieux réfléchir avant de charger son sac et de le descendre au pied de son immeuble. De même, il n’est pas rare que les services municipaux vérifient in situ que votre sac ne contient pas de déchets pouvant être recyclés. Dans ce cas-là, vous aurez droit au mieux à un avertissement, au pire une amende !

Une politique volontariste qui permet aux communes de diminuer sensiblement le coût du traitement des déchets. Lorsqu’un résident trie ses déchets, la commune paie uniquement pour le traitement des ordures non recyclables et perçoit une rémunération pour les déchets recyclés. Avec ce système vertueux, certaines communes ont ainsi baissé leur taux d’imposition de un point.

Reste quand même que si notre voisin recycle bien ses déchets, il demeure un paradoxe : la Suisse se situe dans le peloton de tête des plus gros producteurs de déchets ! En 2014, dernier chiffre connu, chaque habitant a généré 730 kilos de déchets.

Un résultat qui explique pourquoi nos voisins vont devoir voter, le 25 septembre prochain, sur une initiative visant à réduire la consommation nationale des ressources. Après avoir appris à bien recycler, les Suisses veulent apprendre à moins consommer. Cela risque d’être un peu plus difficile !


Rédigé par Jean-François Besson, Secrétaire général du GTE, cet article a été publié le 12 septembre 2016 sur le Dauphiné Libéré

Rendez-vous à la semaine prochaine pour un nouvel épisode de #LaChroniqueDuFrontalier.