Groupement Transfrontalier

Les entreprises suisses flambent !

La saison des résultats des grandes entreprises suisses arrive à sa fin et le moins que l’on puisse dire est qu’elle est flamboyante. Les 26 plus grandes entreprises helvètes cotées en bourse affichent pour 2006 des résultats éblouissants, en hausse de 25 %. L’année 2006 restera dans les annales comme celle de tous les records. Ces 26 sociétés ont ainsi enregistré plus de 100 milliards de francs suisses de gains. Mieux, jamais en Suisse, une entreprise n’avait passé la barre symbolique des 10 milliards de bénéfice net. L’an passé, l’UBS et le Crédit Suisse l’on fait. Mais l’économie suisse, ce n’est pas seulement les banques. Après les restructurations des années 90, les grandes entreprises helvètes apparaissent comme des modèles en terme de compétitivité internationale. Ainsi ce n’est pas un hasard si le World Economic Forum a classé la Suisse comme le premier pays en terme de compétitivité mondiale. Une économie dopée par deux facteurs : la baisse du franc suisse qui bien évidemment favorise l’exportation et freine les importations et la reprise en Allemagne. Après des années de purgatoire le voisin se réveille et lorsque l’on sait que 60 % des exportations des entreprises suisses se font en direction de ce pays, on comprend mieux l’impact sur le résultat des sociétés. Des entreprises qui se développent sur tous les marchés du monde. Que ce soit Nestlé pour l’alimentaire, Roche pour la chimie, Swatch pour l’horlogerie, elles réalisent toutes plus de la moitié de leur chiffre d’affaires à l’étranger. Dès lors, la croissance de la Chine, de l’Inde ou du Brésil contribue à l’envol économique de la Suisse. Reste désormais à redistribuer les bénéfices : les actionnaires en ont largement profité pour l’instant, pas les salariés. Beaucoup espèrent qu’en 2007, les entreprises penseront à eux. Imprimer l’article