Groupement Transfrontalier

Les attardés de la libre circulation

Comme nous l'avons déjà précisé, le 1er bilan des Accords bilatéraux est extrêment positif. La principale difficulté, aujourd'hui, est de faire évoluer les mentalités chez ceux qui n’ont pas compris ce qui se passait ! Et on les retrouve de part et d’autre de la frontière. Deux exemples significatifs. Côté français, un élu et non des moindres, puisqu’il s’agit de Joël Baud-Grasset, Conseiller général du canton de Boëge en Haute-Savoie. Il n’hésite pas à conclure un document sur l’histoire de la vallée verte par une citation : « La vallée verte est le plus beau pays de toute la Savoie, mais le plus misérable, partie par défaut des anciens habitants, partie par le mauvais esprit des nouveaux habitants qui préfèrent d’aller servir les genevois et les Suisses qui les payent largement au travail de leurs propres entreprises ». Et dire qu’il s’agit du plus jeune conseiller général du département !!! Côté jura suisse une entreprise de bois qui répond à un jeune français faisant une demande d’apprentissage : « nous avons bien reçu ta candidature pour une place d’apprentissage. Toutefois, il est préférable que nous donnions la priorité à un jeune de nationalité suisse. Raison pour laquelle nous ne pouvons répondre favorablement à ta demande ». Si la libre circulation est entrée dans les faits, elle n’est pas encore entré dans tous les esprits. Il faudra du temps et de la persévérance ! Imprimer l'article