Groupement Transfrontalier

Les Suisses plus européens que les européens ?

«Les Suisses ont prouvé leur grande maturité». Micheline Calmy-Rey, Conseillère fédérale chargée des affaires étrangères, ne cachait pas sa satisfaction le 26 novembre dernier après l’annonce des résultats positifs sur le vote des Suisses en faveur du milliard pour l’Union européenne. Dans le cadre des accords bilatéraux, conclus entre la Suisse et l’Union européenne, il avait été prévu que la confédération verserait sur dix ans, un milliard de francs suisses afin de favoriser le développement économique des dix nouveaux pays de l’Union. A l’époque, cette clause n’avait pas suscité de difficulté particulière. D’autant plus que la Confédération avait particulièrement bien négocié. A elle le choix des pays et des programmes destinataires de ses fonds ! On peut donc faire confiance aux décideurs helvètes pour choisir les programmes correspondant au mieux à leurs intérêts. Mais comme nous sommes en Suisse, pays de la démocratie directe, il a fallu demander l’avis au peuple. Un peuple qui a accepté à 53.4 % le déblocage de ces fonds. Un peuple suisse qui, sur les 18 derniers mois, a voté trois fois en faveur de l’Europe. Il a voté pour que la Suisse rejoigne les accords de Schengen et Dublin, il a accepté que les accords bilatéraux soient étendus aux dix nouveaux pays et enfin il a accepté de verser un milliard pour favoriser leur développement. Les suisses nous prouvent ainsi deux choses, de façon éclatante : premièrement que l’Europe est une nécessité et a de l’avenir, et deuxièmement que si l’on prend la peine de le solliciter, de lui expliquer clairement les enjeux, le peuple a la maturité nécessaire pour accepter les propositions du politique. Une leçon à méditer pour nous autres européens ! Imprimer l’article

Lire la suite