Groupement Transfrontalier

Etudier en Suisse : pourquoi pas ?

Quitter sa région pour suivre des études supérieures n’est pas une fatalité ou une obligation. Chez nos voisins helvètes, les formations sont nombreuses et diversifiées. Et avec ce que les universitaires européens appellent le processus de Bologne, l’harmonisation des études au niveau des pays de l’Union européenne et de la Suisse est devenue une réalité. Faire ses études en Suisse permet de bénéficier bien sûr de la proximité mais aussi de se construire un réseau de connaissances qui pourra être utile plus tard. Petit rappel pour tous ceux qui sont restés à l’époque du système licence, maîtrise, doctorat. Désormais, vos enfants vous parleront du bachelor (terme suisse pour la licence), obtenu après trois ans, puis vient le Master, obtenu en deux ou trois ans (Master 1 équivalent de notre maîtrise, Master 2 équivalent du DEA) et enfin pour les plus courageux, le doctorat. Ce système, reconnu dans toute l’Europe, intègre des crédits européens qui permettent de poursuivre ses études dans n’importe quelle université européenne. Ils autorisent également l’étudiant à bénéficier du programme Erasmus pour étudier durant une année à l’étranger. L’étudiant en Suisse est donc totalement intégré au système européen. Si nos voisins disposent d’universités réputées : Genève, Neuchâtel… Il existe aussi en Suisse un réseau de Hautes écoles spécialisées : les HES. En Suisse romande, 31 sites proposent des formations dans des domaines de l’ingénierie, de l’économie, de la gestion. Et puis, il existe aussi les écoles polytechniques fédérales. Celle de Lausanne, réputée dans le monde entier, accueille 6 500 étudiants de 41 nationalités différentes. Elle forme des ingénieurs dans les secteurs de la chimie, de l’environnement, des sciences de la vie… Et cerise sur le gâteau, l’école se trouve les pieds dans l’eau au bord du lac ! Toutes ces formations sont ouvertes aux jeunes européens, mais attention toutefois, dans certains cas, une mention au bac est exigée. Alors si votre enfant passe le bac cette année, pourquoi ne pas se poser la question de la Suisse ?
Imprimer l’article