Groupement Transfrontalier

Schengen s’envole !

Le peuple suisse ayant voté l’an passé les accords de Schengen, leur application s’est faite progressivement. La dernière étape concerne les aéroports et vient de se mettre en place à la fin mars. Petit rappel, les accords de Schengen prévoient qu’il n’y a plus de contrôle des identités lors du passage de la frontière au sein de l’Union européenne, les contrôles étant accentués sur les frontières externes à l’Europe. Autre rappel d’importance, la Suisse n’a pas signé d’accord d’union douanière. Conséquence, si le douanier ne doit pas vous demander vos papiers, il peut vérifier si vous transportez des marchandises ! Malgré tout, le contrôle de passages en douane s’est largement allégé et de nombreux postes de douanes, tout au long de la frontière, ont été fermés. L’accord de Schengen a été mis en place progressivement : 1ère étape, les frontières terrestres fin 2008, 2ème étape, les aéroports. Et depuis le mois d’avril, enfin, les aéroports suisses sont passés en norme Schengen. Ne croyez pas qu’il a suffi d’enlever quelques douaniers pour réaliser cette évolution, chaque grand aéroport helvète a dû modifier sensiblement son organisation et mettre en place des aménagements spécifiques. Ainsi, à Genève, deux zones ont été créées pour les passagers, une pour les ressortissants des pays de l’espace Schengen, une autre pour les non européens. Alors, concrètement quel changement ? Si vous partez depuis un aéroport suisse vers un pays de l’Union, au check in rien ne change. Vous devez toujours présenter vos billets et enregistrer vos bagages. De fait, les premiers changements sont à l’entrée de la zone de transit. Au lieu de l’ancien contrôle des passeports, souvent encombré, une ou deux personnes vérifient simplement que vous êtes en possession d’une carte d’embarquement sans contrôle d’identité. Attention, le personnel des compagnies d’aviation va vous demander, lors de votre arrivée dans l’avion, une preuve d’identité. Evidemment, le contrôle des bagages et le passage aux rayons X demeurent. Schengen a donc des conséquences directes pour les passagers mais aussi pour les forces de police et de douane. Ainsi, à Genève, au secteur France, la police de l’air et des frontières a disparu, seuls les douaniers français restent. Schengen marque sans aucun doute une étape supplémentaire et très concrète du rapprochement de la Suisse vers l’Union européenne.

Imprimer l’article