Groupement Transfrontalier

La seconde vie des abris anti atomiques

Parmi les spécificités helvètes, il en est une qui a fait couler beaucoup d’encre pendant des années : l’abri anti atomique. Durant des décennies, chaque construction au pays d’Heidi se devait d’intégrer dans son sous-sol un abri pouvant protéger les habitants en cas d’attaques nucléaires. Pour la petite histoire, il faut rappeler également que chaque famille devait disposer en permanence d’une liste de victuailles et de produits de première nécessité. Résultat de cette politique, la Suisse possède sans aucun doute le parc de caves à vin le plus important du monde, en quantité et en qualité ! Les précieux flacons de nos voisins ne risquent pas de sautes de températures et les portes blindées les protègent efficacement de toute intrusion non souhaitée ! Mais si dans les maisons individuelles ou dans les immeubles, le recyclage des abris en cave se révèle fort utile, il en va tout autrement des grands abris collectifs. Certains ont pu retrouver une vocation de stockage pour l’armée ou d’autres administrations, mais la plupart restent inoccupés. La fin de la guerre froide leur a donné un coup fatal ! Heureusement, deux jeunes artistes de Saint Gall ont eu une idée. Une idée qui, à priori semble complètement folle mais qui a abouti. Transformer ces abris en hôtel. Et l’idée a séduit des financiers qui les ont accompagnés, le premier hôtel ouvre ce mois. Quant au style, le client ne doit pas s’attendre à trouver un univers transformé. La décoration est minimaliste. Un coup de peinture sur les murs, des meubles design mais sans excès et pour toute fenêtre un écran qui retransmet les images d’une webcam qui filme les alentours ou le monde du dehors ! Gros atouts de la formule, le bâtiment n’a rien coûté, les aménagements très peu et le prix de la chambre se situe entre 15 et 25 euros. Reste tout de même à séduire la clientèle. Pour le romantisme, ce n’est pas terrible mais le prix et les emplacements des abris en plein centre ville peuvent être des atouts déterminants. En attendant nos deux artistes devenus hôteliers ont réussi leur pari : donner une seconde vie à des biens immobiliers en les transformant en opportunités durables et rentables. Pour la durée, pas de problème, pour la rentabilité, cela risque d’être un peu plus compliqué ! Plus d'information sur le site : http://www.null-stern-hotel.ch.

Imprimer l’article