Groupement Transfrontalier

Faillite des sociétés françaises en Suisse

On le sait bien, la Suisse détient l’un des plus hauts niveaux de vie au monde. Un marché forcément intéressant pour les entreprises françaises et pourtant, elles n’arrivent pas à s’implanter. Darty vient de jeter l’éponge. La marque d’électroménager a revendu ses cinq implantations en Suisse romande en juin dernier. Et ce n’est pas la première enseigne française à abandonner. En mai c’était la chaîne de boulangerie Paul qui a fermé ses sites en Suisse après à peine 18 mois d’ouverture. L’exemple le plus célèbre restant quand même Carrefour qui en 2007 avait dû, lui aussi, jeter l’éponge et revendre ses douze hypermarchés implantés et inaugurés en grandes pompes. Bref, la Suisse ne convient pas aux grandes marques françaises. Il faut dire que, comme malheureusement c’est souvent le cas avec les Français, nous ne prenons pas suffisamment en compte les particularismes du pays étranger. Et la Suisse n’est pas une province française, ce qui marche en France ne fonctionne pas forcément chez nos voisins ! On peut malgré tout supposer que ces grands groupes ne se lancent pas au hasard et même s’il y a un peu d’arrogance dans leurs démarches, ce n’est certainement pas la seule explication. La première raison se trouve sans doute dans la maturité du marché helvète comme disent les spécialistes. Nos voisins n’ont pas attendu les Français pour construire une offre commerciale forte et bien implantée. Le problème c’est que les marques françaises ont cru pouvoir rapidement gagner des parts de marché sur les enseignes existantes. Or, le Suisse est plutôt fidèle et nationaliste. Il est sans doute plus difficile qu’ailleurs de lui faire changer ses habitudes. On trouve en Suisse seulement deux marques d’hypermarchés, la Coop et la Migros. Contrairement à la France, il n’existe pas beaucoup de grandes zones commerciales implantées en périphérie des villes. Ces marques sont plutôt installées dans les centres ou les quartiers. Il est difficile de trouver des emplacements vraiment concurrentiels. Pour l’instant, seule la Fnac a réussi son implantation, mais elle n’a pas de véritable concurrent sur place !

Imprimer l’article