Groupement Transfrontalier

Le chauffard : un produit régional

La Suisse est un petit pays par la taille mais grand par ses différences. Des différences linguistiques qui peuvent entraîner des différences de comportements. Les Suisses allemands ne fonctionnent pas toujours comme les suisses romands qui ne voient pas les choses de la même façon que les suisses italiens. Bref le multiculturel est bien vivace chez nos voisins ! Il peut même avoir des conséquences surprenantes. Le bureau suisse de prévention des accidents de la route vient de rendre public une grande enquête menée sur les dix dernières années. Une enquête qui a analysé les causes des accidents de la route en essayant de voir s’il y avait des différences de comportements entre les origines de nos voisins. Pour les fins connaisseurs de l’Helvétie, ils ne seront pas surpris d’apprendre que l’Alémanique est plus discipliné que le Romand et le Tessinois. Entre 1997 et 2007, le nombre de tués sur les routes helvètes a diminué de 21 % en Suisse alémanique, de 10 % dans le Tessin et seulement de 7 % en Suisse romande. Les experts du bureau de contrôle, même s’ils se doutaient de ces différences, ont été surpris par l’ampleur des écarts. Les différences de comportement sont très nettes et par conséquent, les campagnes de prévention ne doivent plus être nationales mais régionales. Insister sur le port de la ceinture en Suisse allemande est inutile, tout le monde la porte. Par contre, dans le Tessin, le moins que l’on puisse dire est que le port de la ceinture n’est pas une priorité. Finalement, on retrouve les différences que l’on connaît entre les pays du sud et les pays du nord. La nationalité suisse ne gomme pas ces différences. Les excès de vitesse et les conduites en état d’ébriété sont plus nombreux en Suisse romande ou italienne. Mais il est une catégorie de conducteurs où les différences s’estompent : les femmes ! Quelles que soient leurs origines linguistiques, en Suisse, elle conduisent mieux et ont moins d’accidents !

Imprimer l'article