Groupement Transfrontalier

Les femmes au pouvoir

L’an passé et pour la première fois la Suisse s’est dotée d’un gouvernement avec une majorité de femmes. Un peu plus d’un an après le bilan tiré de cette mainmise des femmes sur l’Etat met à mal l’égo des mâles du pays ! C’est bien simple, on parle désormais dans la capitale du girl power. Des femmes de bords politiques différents mais qui font preuve d’une compétence reconnue par tous et d’une forte présence médiatique. La banque de données des médias suisses a fait une étude sur le nombre d’articles parus depuis le début de l’année. Résultat, les femmes sont très loin devant les hommes. C’est simple, elles ont pris le pouvoir, ce qui ne va pas sans provoquer quelques grincements de dents chez certains. Elles apparaissent plus médiatiques, plutôt meilleurs stratèges que leurs collègues hommes, la question qui demeure étant de savoir si cette majorité féminine a permis un changement dans la façon de gouverner. De l’avis des nombreux spécialistes du pays, c’est indéniable. Ce qui a surpris, c’est leur capacité à s’engager fortement, quitte à prendre des mesures impopulaires. Doris Leuthard, ministre des transports, n’a pas hésité à évoquer une augmentation importante de la vignette autoroutière par exemple. Mais le dossier sur lequel la décision a surpris par sa rapidité et qui n’aurait sûrement pas été la même avec une majorité masculine, a été la sortie du nucléaire. La Suisse a annoncé cette sortie bien avant l’Allemagne. Quant à l’explication de cette mainmise des femmes sur le Gouvernement suisse, Rosmarie Zapfl, présidente de l’association des sociétés féminines, a une réponse toute simple : «Les femmes, en général ne font pas une autre politique que les hommes. Mais ces quatre-là font un travail particulièrement bon, tout simplement parce que le Parlement a choisi les meilleures ! » Une prédominance féminine que nous ne sommes pas prêts de voir en France. Le Gouvernement français compte seize ministres hommes et sept femmes ! Quant aux postes les plus élevés - Président de la république, 1er Ministre, Président de l’Assemblée nationale, Président du Sénat, Président de la Cour des comptes - ils sont tous tenus par des hommes. Mais tous jurent, la main sur le cœur, qu’ils souhaitent ardemment une parité !

Imprimer l'article