Groupement Transfrontalier

Du caviar made in Suisse


Les fêtes approchent et pour les amateurs il leur sera possible de déguster du caviar Swissmade ! Attention, pas du caviar arrivé à maturité en Suisse, non non, du caviar en provenance d’esturgeons élevés en Helvétie ! Comme souvent, cette aventure, car il s’agit d’une aventure, a démarré sur un coup du hasard. Lors du forage du tunnel du Lotschberg, les ouvriers ont libéré un courant d’eau chaude jusque-là retenu sous la roche. Problème : que faire de cette eau chaude ? La rejeter dans le cours d’eau local aurait été une catastrophe écologique. L’augmentation de température aurait détruit toute la faune et la flore habituée à des températures nettement plus fraîches ! Mais voilà qu’un ingénieur, passionné de pisciculture, a eu l’idée d’utiliser cette eau chaude pour élever des poissons et cultiver des fruits exotiques. Et comme notre ingénieur est l’époux d’une charmante femme russe, l’idée leur est venue de marier les deux pays en faisant de l’élevage d’esturgeons. L’animal appréciant particulièrement les eaux chaudes. Une belle histoire, c’est du moins ce que nos deux amoureux espèrent. En tout cas, ils font tout pour ! Ils viennent ainsi de produire leurs premiers grammes de caviar, après huit années de dur labeur tout de même. Car il leur en a fallu de la patience et de la persuasion pour arriver à ce résultat. Il a d’abord fallu trouver 30 millions, le coût de l’investissement, puis élever les esturgeons pendant trois années avant que les femelles produisent leurs précieux œufs. Aujourd’hui, ce ne sont pas moins de 30 000 esturgeons qui barbotent au milieu des Alpes. Mais tout ça, c’est du passé et vous pouvez désormais visiter en Suisse, en pleine montagne, le premier élevage d’esturgeons et, pourquoi pas, goûter un peu de caviar made in Switzerland ; il paraît qu’il est fameux ! Son nom : Pure swiss alpine caviar. D’après les amateurs avertis, il est excellent et peut se comparer sans problème au caviar russe. Heureusement pour la Russie, le caviar même en provenance de nos voisins helvètes se doit d’être accompagné d’une vodka glacée, pas encore produite en Suisse !

Imprimer l'article