Groupement Transfrontalier

Navettes CGN : nouvelles dégradations

Quand bien même la CGN affiche haut et fort un souci constant de répondre aux attentes des utilisateurs de ses bateaux, force est de constater, depuis fin 2005, une dégradation des conditions offertes aux frontaliers. Malgré plusieurs interventions du Groupement transfrontalier européen (GTE) pour revenir à une situation plus favorable, la CGN refuse tout "retour en arrière". Les justifications avancées pour maintenir le statut quo sont essentiellement économiques. Elles font fi de toute considération de service public auquel la CGN est sensée devoir principalement répondre. La seule modification annoncée concerne une augmentation possible de l'abonnement pour la fin de l'année. En décembre 2005, la CGN avait déjà décidé d'augmenter de 9 % l'abonnement mensuel classe unique, proposé aux frontaliers. L'abonnement est ainsi passé de 230 à 250 CHF par mois. En février 2006, à la suite de la mise en service du bateau "Léman" rénové et la création d’un compartiment 1ère classe, le nombre de places en 2ème classe a été sensiblement réduit. En mars 2006, la CGN a supprimé l'abonnement classe unique pour les frontaliers, avec pour corollaire une augmentation supplémentaire de 20 % de l’abonnement 1ère classe (de 250 à 300 CHF/mois). De plus, les voyageurs ayant conservé la seconde classe se voient concentrer sur une surface plus petite. Le Groupement transfrontalier européen a immédiatement dénoncé ces hausses de tarifs et a décidé de mener une enquête de satisfaction auprès des usagers de la CGN. 82 % des utilisateurs se sont déclarés mécontents des nouvelles conditions tarifaires et de transport. Les résultats de ce sondage ont été présentés fin juin à la CGN. A cette occasion, le GTE a demandé le retour à la classe unique sur deux bateaux le matin et le soir (les plus chargés). La CGN a refusé d’entrer en matière à ce sujet et a simplement émis l’hypothèse d’une consultation régulière des usagers par l’intermédiaire du GTE sur les futurs horaires et le développement de nouvelles lignes. Et Ô surprise, dernier avatar de la CGN : sur les horaires 2007, le GTE découvre que la fréquence sur la ligne Chens-Nyon a été réduite à deux traversées le matin au lieu de trois. Le Groupement transfrontalier européen dénonce encore une fois cette situation et regrette vivement de ne pas avoir été consulté dans la négociation de ces nouvelles lignes et de ces horaires. Imprimer l'article

Lire la suite