Groupement Transfrontalier

L’UDC pris à contre-pieds


Un conseil pour nos lecteurs frontaliers ou pas, n’allez pas dans un cinéma suisse avant la fin de la campagne électorale ; vous risquez de ne pas apprécier le film. Car au cinéma, en Suisse comme en France, vous avez droit avant le début du film, à toute une série de pubs plus ou moins réussies. Après les boissons gazeuses, les voitures, les déodorants, on nous projette une réclame qui commence par une scène assez sympathique.

Trois très jolies femmes, au bord d’un lac, dans un paysage typiquement suisse regardent arriver un très beau jeune homme. Les images sont sensuelles, le jeune homme se déshabille langoureusement pour apparaître en maillot de bain. Inutile de dire qu’il dispose d’un corps d’athlète qui ne manque pas de susciter l’envie de nos trois suissesses. Il se penche alors pour sortir sa serviette de bains qu’il déplie pour l’étendre sur la pelouse. Et là, vous voyez nos trois charmantes jeunes femmes qui détournent la tête d’un air dégoûté ! Que se passe-t-il ? Quelle horreur peut justifier une réaction aussi vive ? Tout simplement, le drapeau européen apparaît sur la serviette de bain et un message vient conclure ce spot : les suissesses votent UDC.
Il est toujours surprenant de voir qu’en Suisse, pays de la démocratie directe, les affiches, les slogans et les publicités vidéos vont souvent beaucoup plus loin que ce que l’on peut se permettre en France. Il paraît que c’est ça la liberté d’expression. Il n’en reste pas moins que ce type de pub met très mal à l’aise. Un malaise d’autant plus grand que l’UDC est aujourd’hui le premier parti chez nos voisins. Fort heureusement, cette bande vidéo a suscité de nombreuses réactions. Et une petite équipe a réalisé exactement la même scène sauf que lorsque nos trois jeunes femmes détournent le regard ce n’est pas le drapeau européen mais le logo du l’UDC. Avec une phrase réconfortante : toutes les suissesses ne votent pas pour un parti xénophobe, sexiste, nationaliste et patriarcal. A voir sur le site de 24heures.

Imprimer l'article