Groupement Transfrontalier

Cent ans de bons et loyaux services


Le 1er janvier 1912, pour la première fois de son histoire, le principe de la convention collective de travail se retrouve acté dans le code des obligations. Bien peu, à cette époque, imaginaient l’importance que ces conventions allaient prendre dans les décennies suivantes et que cent ans plus tard, elles seraient toujours aussi jeunes ! Comme en France, l’émergence du mouvement se situe auprès des typographes. Ils seront parmi les premiers à combattre et obtenir une CCT. Mais chez nos voisins, la convention collective de travail se trouve étroitement associée à un dogme, cher à leur cœur : la paix du travail. Un dogme, qui, il faut bien le reconnaître, fait plutôt sourire de ce côté-ci de la frontière, tellement il semble utopique, et pourtant ! Pour comprendre, il faut d’abord disséquer les CCT. Elles comportent deux parties. La première fixe les conditions de travail : salaires, primes, horaires de travail…, la seconde règle les relations entre les partenaires sociaux, en établissant notamment la paix du travail. Concrètement, cela signifie que les syndicats, signataires de la convention, s’engagent à ne pas faire grève et les patrons à ne pas fermer provisoirement l’usine en cas de conflit. C’est aussi simple que cela et ça fonctionne plutôt bien. D’un côté, j’obtiens des avantages, 5ème semaine de congés par exemple, et de l’autre, je m’engage à ne pas faire grève. Avouez que si on pouvait instaurer un tel fonctionnement chez nous, cela faciliterait la vie de beaucoup d’usagers des transports par exemple ! Aujourd’hui, plus de la moitié des salariés, en Suisse, sont couverts par une CCT. Le canton de Genève fait souvent office de précurseur en la matière et de nouvelles professions sont désormais mieux protégées. Le personnel de maison par exemple ou, tout récemment, les travailleurs intérimaires. Ces conventions collectives peuvent être un outil efficace pour lutter contre le dumping salarial, particulièrement à l’encontre des travailleurs frontaliers et le Groupement ne peut que se féliciter de leur extension. Bon anniversaire et longue vie aux CCT made in Swiss !
Imprimer l'article