Groupement Transfrontalier

Le grand saut

Mercredi 30 mai 2007, l’association des chômeurs de la Chaux de Fonds organise un débat avec un seul thème : les frontaliers ! Sujet hautement explosif au sein des montagnes Neuchâteloises ! Le Groupement invité en tant qu’intervenant était représenté par son secrétaire général. Une soirée particulièrement intéressante avec un public nombreux. Après les interventions de début de séance , le débat a rapidement trouvé du rythme !.Si certains ont pu exprimer une rancœur à l’égard des frontaliers qui créent des bouchons et prennent des places de travail, très vite la discussion s’est portée sur le rôle des institutions et la place de la Suisse dans l’Union européenne. Contrairement à ce que l’on pouvait craindre les arguments n’ont pas porté sur les personnes mais sur le rôle des entreprises et des organismes de contrôle. L’occasion pour Raymond Spira, Président de la commission tripartite cantonale chargée de la surveillance du marché de l’emploi, d’exprimer le peu de pouvoir dont il dispose pour effectuer des contrôles et mener des actions. La place des agences de placement a été mise en avant. Malheureusement, leur représentant n’a pas pu être présent, ce qui fut vivement regretté. Au fil des minutes, le débat a permis d’aller finalement au fond du problème. Avec les accords bilatéraux la Suisse « s’européanise » de plus en plus. L’évolution des travailleurs frontaliers n’est finalement qu’un des aspects parmi d’autres de ce bouleversement. Les Suisses doivent apprendre à vivre sans les barrières protectionnistes qu’ils ont su ériger pendant des décennies. Une conviction qui, à l’évidence, crée un malaise auprès des participants à la réunion. Faut-il revenir en arrière ? Peut-on envisager une dénonciation des accords bilatéraux ? Le sentiment qui prévalait ce soir là était celui d’une assemblée qui doit franchir un vide et hésite encore à se lancer. L’avenir nous dira si nos voisins ont su faire ce saut, un avenir proche puisque, dès 2009, le peuple se prononcera sur la poursuite ou pas des accords.
Imprimer l’article