Chatbot

Autant vous l’avouer tout de suite, se plonger dans la lecture du  «rapport sur l’internationalisation de l’économie française» publié par Business France, exige une certaine dose de courage et de patience… que je n’ai pas eue !

Je me suis contenté de la lecture d’un excellent article paru dans le non moins excellent journal de Suisse romande, Le Temps.

Pourtant, au fil des paragraphes, l’auteur qui se base sur les écrits de l’organisme en charge de la promotion économique française nous apporte un éclairage nouveau sur notre voisin : la Suisse.

Il faut dire que dans nos régions frontalières, notre vision des relations économiques entre nos deux pays est largement biaisée par le phénomène frontalier. On oublie vite que plus de 200 000 helvètes ont choisi de vivre de ce côté de la frontière.

Il est vrai que 80% d’entre eux, possèdent une double nationalité ! Mais nous ignorons aussi à quel point les entreprises ont choisi notre belle terre de France. D’après le rapport en question, elles sont plus de 2 200 à avoir passé la frontière pour s’installer chez nous.

Une croix blanche bien utile pour l’emploi puisque 150 000 travailleurs œuvrent au sein de ces sociétés. Bien sûr, le big one ne peut être que Nestlé ! Le géant mondial de l’alimentaire dispose d’un effectif estimé entre 15 et 20 000 salariés sur place.

Mais il existe bien d’autres sociétés dans des secteurs aussi variés que la chimie, l’aéronautique ou l’assurance. Et l’an passé, notre voisin a fortement investi chez nous. Quelques mauvaises langues diront qu’avec la parité Franc suisse/Euro, le passage se trouve largement facilité !

Il n’en demeure pas moins qu’en 2016, notre voisin a créé 1 028 emplois directs chez nous. Et cocorico, là aussi il s’agit de tordre le coup à une rumeur non fondée, les entreprises suisses aiment la France et ses conditions de travail !

L’an passé, notre pays est devenu le premier pays d’accueil pour les investissements suisses, devant l’Allemagne ! Même si les managers suisses ont un peu de mal avec nos 35 heures !

 

 

Article paru le 6 avril 2017.

en partenariat avec

MMA
Banque Populaire Auvergne-Rhône-Alpes
Crédit Agricole
Rentes Genevoises
UNIA
E-Job
Crédit Mutuel
ICA Patrimoine