Chatbot

Les conseils du recruteur : 1ère partie

Vendredi 26 Mars 2021

Les conseils du recruteur : 1ère partie

Faire le choix de rechercher un travail dans un autre pays n’est pas anodin. Même si le mythe du travailleur Suisse peut faire rêver, le marché de l’emploi et les conditions de travail sont désillusoires pour la plupart des frontaliers. En préparant correctement sa recherche, on évitera les faux espoirs. Les chances d’obtenir le sésame du statut frontalier seront plus commodes.

Comment approcher le marché de l'emploi Suisse ?

Entre espoir et désenchantement

Afin d’éviter une désillusion potentielle, il est important de bien comprendre le marché du travail et la réalité du terrain.

En tant que demandeur d’emploi et de nationalité Française, il faut rappeler régulièrement que même si la Suisse est au cœur de l’Europe, elle ne fait pas parti de l’Europe.

Notre agence de placement a ouvert ses portes en 2019, nous recrutons essentiellement sur les métiers du bâtiment. Il faut savoir que certains métiers du bâtiment comme l’électricité ou le sanitaire n’ont pas les mêmes normes. Sachant cela, il n’est pas impossible de postuler, mais il faut apprendre les matériaux et normes utilisées ce qui implique de redescendre en qualification.

Les différences entre le CV Suisse et Français

La moyenne pour lire un CV est de 40 secondes selon des études américaines (source elaee.com). Même si les bases du CV restent les mêmes, le CV Suisse doit mettre en évidence les compétences du candidat bien plus que pour la recherche d’emploi en France.

La stratégie est de rassembler ses expériences sur une page, notamment dans le domaine de la construction est fortement recommandée. Bien entendu, si vous avez un parcours hétérogène et/ou si vous postulez à un poste de cadre les deux pages seront appréciables. Cependant il faut penser à moduler votre cv en fonction de la fiche du poste requis.

Lorsqu’une agence de placement présente un candidat à une société, la refonte du CV est systématiquement effectuée, pour que les entreprises puissent visualiser en un seul coup d’œil les qualifications du candidat nécessaire au poste prévu. C’est le travail du placeur de l’agence de placement, lorsque l’on souhaite postuler en direct auprès d’un service RH d’une société, il faut donc que le candidat applique aussi cette méthode afin de pouvoir se démarquer des autres candidats.

En clair, il faut indiquer principalement :

  • Un numéro de téléphone au format international et accessible
  • Les formations professionnelles acquises dans le pays de résidence (Exemple : ne pas dire que l’on a le CFC si le certificat initial obtenu est un CAP, certains diplômes n’ont pas d’équivalence, le recruteur sera à même de le déterminer).
  • L’ensemble des compétences de façon précise et sincère (il faut savoir que le cv mensonger est passible de sanction au niveau de la loi Suisse) – La confiance établie entre le recruteur et le candidat est primordiale en Suisse.
  • L’expérience professionnelle de la plus récente à la plus ancienne
  • Les références des anciens employeurs sont vivement recommandées, en effet, en France, un certificat de travail relate les informations basiques comme la durée du contrat et le poste. A contrario en Suisse, le certificat de travail mentionne plus d’informations comme le comportement, les tâches effectuées durant la durée des rapports de travail... Avoir l’appui d’un ancien employeur est toujours un atout pour la recherche d’emploi.

Se renseigner sur le monde du travail et l’état du marché dans sa profession

Le monde du travail

Que ce soit en termes de conventions collectives, du droit du travail, du temps de travail, de la monnaie (et du change variable), des cotisations salariales, les divergences sont considérables entre les deux pays. Avoir un œil éclairé, permet d’anticiper le changement du pays de travail et ne pas avoir de surprises lors de la prise de poste de son premier emploi.

L’état du marché

Depuis le 1er janvier 2020, les employeurs doivent annoncer les postes vacants dans les genres de professions où le taux de chômage atteint 5 % (8 % auparavant). Cette mesure doit permettre de mieux employer le potentiel de main-d’œuvre en Suisse. Cela implique donc un partenariat étroit avec le chômage Suisse, les dossiers des demandeurs d’emploi en Suisse sont favorisés par rapport à un candidat frontalier à compétences égales. Si votre profession se trouve dans les métiers à obligation d’annonce, votre
candidature pourra être retenue si les aucun profils de résidants ne réponds aux critères du poste.

Modestie et formation

Avoir une approche obséquieuse face aux recruteurs Suisse est important. Lorsqu’un candidat arrive pour un poste sans expérience sur le territoire Suisse et qu’il explique au responsable des ressources humaines qu’il connaît son métier et qu’il n’a besoin d’aucune formation complémentaire, cela n’inspire pas une volonté du candidat de s’intégrer aux méthodes de l’entreprise et du pays.
À l’opposé, si un candidat se présente avec une envie d’apprendre, de redécouvrir les technicités de sa profession en se reformant sur son propre métier afin de démontrer une envie de s’adapter sera un réel atout.


En bref

  • Se renseigner sur son métier et comparer et les différences de normes selon les pays
  • Préparer un CV en adéquation avec le marché du travail Suisse actuel. Bien renseigner les compétences acquises et réelles de façon claire et sans affabulation
  • Être conscient de l’état du marché selon sa profession
  • Être conscient des différences sur les formations acquises à l’Étranger et se préparer à une nouvelle formation de ses acquis
  • Toujours être humble dans sa manière de se présenter à son futur recruteur
  • Se faire aider par des associations qui maîtrisent le marché Suisse (prendre contact avec le service emploi du GTE)

Ambition, motivation, connaissances éclairées, savoir-être et le monde du travail s’ouvrira à la hauteur de votre potentiel !

 

La deuxième partie de cet article sera publié au mois de Mai 2021 avec un zoom sur les métiers du bâtiment. Dans ce futur article des experts en recrutement dans le domaine de la métallurgie, du second œuvre et du gros œuvre vous donnerons des techniques et conseils pour réussir votre entretien d’embauche.

Article rédigé par :

  • Lolita PELAN, assistante de direction chez Concept Emploi SA. Ancienne conseillère en personnel dans le secteur bâtiment. Plus de 12 ans d’expériences dans le domaine des ressources humaines (bâtiment, médical et industrie). Correspondante de presse et chargée de communication pour une association franco/suisse. Gestionnaire salaire et RH.

 

en partenariat avec

MMA
Banque Populaire Auvergne-Rhône-Alpes
Crédit Agricole
Rentes Genevoises
UNIA
E-Job
ICA Patrimoine
Haysen