Chatbot

Covid-19 : quelles sont les conséquences pour les travailleurs frontaliers franco-suisses ?

Dans le cadre de l’évolution du coronavirus, de nombreuses mesures ou recommandations sont prises tant par le gouvernement français que par les autorités fédérales et/ou cantonales suisses. Ces mesures s’imposent aux employeurs et employés. Elles suscitent des questions en matière de rémunération, d’absences mais également de télétravail ou encore de passage en douanes et d’accessibilité des transports en commun.

Voici une synthèse des positions prises par les autorités concernées que nous mettrons régulièrement à jour en fonction de la situation et des décisions qui en découlent.


 

Cette page est en cours de mise à jour

 

Mesures sanitaires prises par les Gouvernements français et / ou suisse

 

Gouvernement français 

 

Le gouvernement français a annoncé mardi 24/11/2020 un allègement du confinement à partir du samedi 28 novembre 2020.
En effet, les chiffres de l'épidémie suivent une courbe descendante et permettent d'alléger les restrictions imposées aux français. La limite des déplacements hors du domicile passe à 20km et 3h pour les promenades et le sport en individuel. Les commerces considérés comme non essentiels pendant le confinement pourront rouvrir dès ce samedi, en respectant des mesures strictes et au moins 8m² par client. Les restaurants, bars et hôtels restent fermés pour le moment. Les activités extra scolaires de plein air sont permises.
L'attestation de déplacement reste nécessaire pour toute les activités entreprise. Le télétravail reste la règle dès que cela est possible.

Retrouvez tous les détails dans notre actualité Covid-19, les modalités du confinement pour les frontaliers

Le 15 décembre, le gouvernement dévoilera la seconde phase de cet allègement des mesures.

 

Conseil fédéral suisse

Le Conseil fédéral s'est exprimé le mercredi 28 octobre et a ainsi annoncé de nouvelles mesures sanitaires afin d'endiguer la propagation de la Covid-19 et à uniformiser les décisions des différents cantons Suisses.
Retrouvez tous les détails des mesures dans notre actualité : Covid-19 : les mesures prises par le Conseil fédéral Suisse.

Canton de Genève

Conférence de presse du 25 novembre 2020 :

A Genève, comme c’était initialement prévu par le Conseil d’Etat, les magasins vont pouvoir ouvrir leur porte dès ce samedi 28 novembre, dans le respect des normes sanitaires, à l’intérieur comme à l’extérieur des établissements. La norme la plus stricte sera à l’intérieur des magasins, de 10 m2 par personne. Les magasins pourront rester ouverts jusqu’à 20 heure tous les samedis, « afin de lisser la fréquentation tout au long de la journée » a déclaré, le Conseiller d’Etat Mauro Poggia.

Chaque commerçant et chaque citoyen est appelé à observer plus que jamais les principes de distanciation sociale, l’hygiène des mains et le port du masque, tant dans sa sphère privée, professionnelle que dans les commerces ou dans les rues du Canton.

Les musées, salles d’exposition et bibliothèques pourront également accueillir à nouveau du public dès ce samedi.

En revanche, les dispositions concernant les activités sportives, les restaurants, les bars, les discothèques ainsi que les cinémas et les théâtres restent inchangées. Ces secteurs seront assouplis progressivement en fonction d’une évolution positive de la situation sanitaire à Genève.

« La situation à Genève s’est nettement améliorée au niveau sanitaire comme dans le reste de la Suisse romande », a déclaré le Conseiller d’Etat, Mauro Poggia. L’objectif fixé par le gouvernement genevois a été atteint.

Il a cependant mis en garde car les efforts qui ont permis d’arriver à de bons résultats ne doivent pas être balayés par des comportements inadéquats.

Les mesures seront réévaluées le 17 décembre.

De nouvelles mesures dans les cantons frontaliers

Nous actualiserons cette page au fur et à mesure si besoin afin de vous tenir informés des différentes mesures prises par les cantons. 

Canton du Jura

Le 30 octobre, le Jura a également durci les mesures prises par le Conseil Fédéral, il a déclaré l'état de nécessité au niveau cantonal, suite aux alertes des établissements hospitaliers. 

Les manifestations et rassemblements, privés ou publics, sont limités à 5 personnes. 

Les cafés et restaurants sont également fermés, la vente à l'emporter et en livraison reste possible.

Tout comme à Genève, les établissements de divertissements et de loisirs sont fermés. 

Canton de Neuchâtel

Le canton devrait se prononcer aujourd'hui lundi 2 novembre sur de nouvelles mesures, suite à la demande adressée au Grand Conseil de déclarer l'état d'urgence au niveau cantonal. 

Pour le moment, les rassemblements et manifestations publics et privés sont limités à 5 personnes. 

Le télétravail est fortement recommandé pour toutes les activités le permettant.

Le port du masque est obligatoire pour les élèves du cycle 3 de l'école obligatoire (de la 9ème à la 11ème année)

Canton de Vaud 

Le canton de Vaud s'est exprimé ce mardi 3 novembre pour annoncer un durcissement des mesures afin de "limiter les contacts". Le Conseil d'Etat vaudois a ainsi décrété l'état de nécessité.

Les réunions publiques et privées sont limitées à 5 personnes, les établissements publics, musées, cinémas, salles de théâtre, de sports, fitness, bars et restaurants sont fermés.

Les écoles, les crèches et les garderies, quant à elles, ouvertes, ainsi que les entreprises de soins à la personne.

De même, le port du masque est généralisé dans les espaces clos.

Ces mesures prendront effet, ce mercredi 4 novembre à 17h et seront en vigueur jusqu'au 30 novembre, à minima.

 


Le télétravail

Le maintien de l’affiliation au régime suisse de sécurité sociale en cas de télétravail en France.

Dans le contexte sanitaire exceptionnel de l'épidémie de Covid-19 et afin de simplifier les démarches entre les différents pays, la France, la Suisse, l'Allemagne, la Belgique et le Luxembourg se sont entendus sur un certain nombre de points. 

Ainsi, les frontaliers qui télétravaillent de leur domicile restent soumis au régime suisse de sécurité sociale. Rien ne change par rapport à leur couverture sociale.

Par ailleurs, le télétravail à domicile n’entraînera pas de conséquences sur le régime fiscal habituellement applicable aux frontaliers.

Le jeudi 14 mai, la France et la Suisse ont conclu un accord amiable provisoire concernant l'imposition des frontaliers exerçant en télétravail. Tant que les mesures sanitaires sont en vigueur, les accords fiscaux conclus entre les deux pays continuent de s'appliquer comme auparavant (avant Covid-19).

La France et la Suisse ont convenu, le lundi 20 juillet 2020, de mettre fin aux mesures provisoires le 31 août 2020, en matière fiscale.
Compte tenu de l'incertitude de la situation sanitaire, le GTE a saisit les institutions concernées, leur demandant ainsi le maintien des mesures d'exception jusqu'au 31 décembre 2020. Le 14 août, les deux états sont revenus sur leur décision et ont ainsi annoncé la prolongation de cet accord, en matière sociale, pour le moment, jusqu'au 31 décembre 2020

 

Quelles sont les conséquences de la fin de l'accord dérogatoire concernant le télétravail des frontaliers salariés

Au vu de la situation sanitaire, les autorités françaises et suisses ont décidé, le vendredi 28 août 2020, de prolonger l'accord fiscal jusqu'au 31 décembre 2020.

Suite à l'évolution de la situation sanitaire, le GTE ainsi que de nombreux élus locaux français et suisses (via le Conseil du Leman) ont interpellé Berne et Paris, le vendredi 20 novembre, afin que soit prolongé le maintien des mesures d'exception en matière sociale et fiscale pour les frontaliers jusqu'au 30 juin 2021

 

Guide juridique sur la pratique du télétravail (hors période Covid-19)

Suite à de nombreuses questions concernant la pratique du télétravail, le GTE met à votre disposition, à titre informatif, un guide juridique qui présente les impacts en matière sociale et fiscale de cette pratique au sein des entreprises. Vous pourrez ainsi évaluer les avantages et les risques de cette pratique suivants différentes situations. Ce guide est établi sur les bases légales en vigueur à ce jour (hors période Covid-19).

Cliquez ici pour télécharger le guide

 


Le chômage partiel

Pour endiguer la propagation du Coronavirus, le Conseil Fédéral a pris des mesures exceptionnelles pour soutenir les entreprises suisses. En effet, certaines d’entre elles pourront mettre en place du chômage partiel pour leurs collaborateurs.

Les frontaliers ont droit au chômage partiel dans les mêmes conditions que les résidents. Il appartient aux entreprises concernées par cette mesure de solliciter les indemnités pour réduction de l’horaire de travail (RHT) auprès des institutions compétentes. L'indemnisation représente 80 % du salaire.

Le délai de carence (délai d’attente) pour pouvoir bénéficier du chômage partiel, qui avait déjà été raccourci, est supprimé. L’employeur ne devra ainsi assumer aucune perte de travail.
Les salariés ne seront plus tenus de liquider leurs heures supplémentaires avant de pouvoir bénéficier du chômage partiel.
Des dispositions ont été adoptées pour simplifier au plus vite le traitement des demandes et le versement des indemnités en cas de chômage partiel. Les salaires dus pourront par exemple être réglés au moyen d’une avance des indemnités en cas de chômage partiel. Retrouvez plus d'infos sur le site du Seco

Le 1er juillet, le Conseil fédéral a décidé de prolonger la durée d'indemnisation en cas de réduction de l'horaire de travail (RHT), qui passe de 12 à 18 mois à partir du 1er septembre 2020. Jusqu'à la fin du mois d'août 2020, les entreprises peuvent demander des indemnités en cas de RHT durant 12 mois au maximum sur deux ans. Respectivement, le délai de carence est fixé à 1 jour. Cette mesure vise à éviter une nouvelle augmentation du chômage.

Nous avons recensés les questions vos plus récurrentes concernant le chômage partiel durant cette crise sanitaire.

Consultez notre FAQ sur le chômage partiel, vous y trouverez les réponses à vos interrogations.

 


Chômage total en France

En ces temps difficiles, beaucoup de frontaliers franco-suisses risquent d’être confrontés à des licenciements suite à un ralentissement de l’économie suisse. Les offices cantonaux en Suisse étant fermés, Pôle Emploi aussi, vous pouvez tout de même faire vos démarches en ligne.

Comment s’inscrire au chômage tout en restant confiné ?

Dès le lendemain de la fin de votre contrat de travail, une fois le délai de préavis terminé, vous devez vous inscrire sur le site de Pôle emploi. Vous pouvez consulter notre procédure d’inscription à Pôle Emploi dans notre espace de téléchargement.

En cette période de confinement, tous les rendez-vous avec Pôle emploi sont suspendus mais vous pourrez finaliser les démarches sur internet pour votre indemnisation. Vous pourrez notamment transmettre par mail tous les documents nécessaires au calcul de votre indemnisation via l'espace personnel qui sera créé au moment de votre inscription. Pour toutes informations complémentaires, vous pouvez vous rendre sur le site Pôle emploi ou appeler la plateforme 3949.

Les personnes qui perçoivent de l’ASS et de l’ARE qui arrivent en fin de droit, continueront à percevoir cette allocation (pendant la période de confinement) du moment où ils font leur actualisation à temps.

L’attestation de l’employeur internationale doit vous être remise dûment remplie par votre employeur à l’issue de votre préavis avec le solde de tout compte. S’il ne vous l’a pas remise vous pouvez la télécharger sur le site du Canton de Genève, du Canton de Neuchâtel, du Valais et du Canton de Vaud, puis la remettre à votre employeur pour qu’il la complète.

Indemnisation du chômage en France

Pour faire face à la crise liée au Covid-19, la France a pris le 14 avril dernier de nouvelles mesures pour assouplir les règles de l’indemnisation chômage.

Cela concerne la prolongation de la durée d’indemnisation, le calcul des droits, l’allongement des périodes de références, la suspension de la dégressivité de l’allocation, ou encore les nouveaux cas de démission légitimes.

Retrouvez l’intégralité des ces nouvelles mesures temporaires liées à la crise sanitaire sur notre page dédiée : COVID-19 : Indemnisation en France (accès adhérent). 

 


Arrêt maladie pour raison médicale ou garde d’enfant ou confinement

Indemnités perte de gain - (maintien du salaire selon l’échelle de Berne)

  • A l’instar de toute maladie, les personnes malades du coronavirus, qui font l’objet d’un arrêt de travail, perçoivent des indemnités journalières conformément aux clauses du contrat d’assurance perte de gain.

  • Les employés qui présentent les symptômes du coronavirus ou qui sont proches d’une personne atteinte par cette maladie sont tenus d’en informer immédiatement l’employeur et selon les recommandations de l’Office fédéral de la santé publique, ils doivent rester à leur domicile. Dans cette hypothèse, ils auront droit à leur salaire conformément à l’art. 324a CO. Dans ce cas, le travailleur est empêché de travailler sans faute de sa part, pour des causes inhérentes à sa personne. L’employeur lui verse le salaire pour un temps limité qui est fonction de l’ancienneté dans l’entreprise (échelle de Berne) dans la mesure où les rapports de travail ont duré plus de 3 mois ou ont été conclus pour plus de 3 mois.

  • Sont également concernés par le maintien du salaire pour un temps déterminé, les employés en arrêt de travail dont l’employeur n’a pas souscrit d’assurance perte de gain.

  • Concernant la garde des enfants due à la fermeture des écoles (en France comme en Suisse), les employés, qui n’ont pas trouvé de solutions de garde peuvent prétendre au maintien du salaire dans les conditions précitées. Ils sont tenus d’éviter les absences prolongées en s’organisant pour la garde. Les indemnités seront réglées sur la base du régime des allocations pour perte de gain  et versées sous forme d’indemnités journalières. Celles-ci correspondent à 80 % du salaire et sont plafonnées à 196 francs par jour. Le nombre des indemnités journalières est limité à 10 pour les personnes en quarantaine.

  • Dans la mesure où l’employé en bonne santé est tenu de rester à domicile sur demande de l’employeur et que le télétravail n’est pas possible, le salaire est dû conformément à l’art. 324 CO.

 


Emplois Temporaires

Chômage partiel 

Le 20 mars, le Conseil fédéral a décidé d'étendre la réduction de l’horaire de travail aux personnes qui exercent une activité professionnelle limitée dans le temps ou un travail temporaire, les personnes qui occupent une position assimilable à celle d’un employeur et les personnes qui effectuent un apprentissage. 

Ainsi, le chômage partiel pourra désormais également être octroyé aux salariés dont la durée d’engagement est limitée et aux personnes au service d’une organisation de travail temporaire.

Chômage total

  • Les indemnités chômages sont pris en charge par la France lorsqu'il y a une rupture du contrat cadre conclu entre l'employé temporaire et l'agence de travail temporaire. 
  • Lorsque la perte de contrat de mission ne suffit pas. L'agence doit remplir l'attestation employeur internationale et l'employé doit fournir le formulaire U1 et tous les documents usuels d'inscription auprès de Pôle Emploi. 

 


Les travailleurs indépendants

 

De nouvelles mesures ont été prise vendredi 20 mars par le Conseil Fédéral pour les personnes exerçant une activité indépendante qui subissent une perte de gain due aux mesures prises pour lutter contre le coronavirus. Celle-ci seront indemnisées si elles ne bénéficient pas déjà d’une indemnité ou de prestations d’assurance. Une indemnisation est prévue dans les cas suivants :

  • fermeture des écoles ;
  • quarantaine ordonnée par un médecin ;
  • fermeture d’un établissement géré de manière indépendante et ouvert au public.

La réglementation s’applique également aux artistes indépendants qui ont subi une perte de gain parce que leur engagement a été annulé en raison des mesures de lutte contre le coronavirus ou qu’ils ont dû annuler un événement organisé en propre.

Les indemnités sont réglées sur la base du régime des allocations pour perte de gain et versées sous forme d’indemnités journalières. Celles-ci correspondent à 80 % du salaire et sont plafonnées à 196 francs par jour. Le nombre des indemnités journalières pour les indépendants en quarantaine ou qui assument des tâches d’encadrement est limité à respectivement 10 et 30 jours. L’examen des demandes et le versement de la prestation seront effectués par les caisses de compensation de l’AVS.

Lors de sa séance du 16 avril 2020, le Conseil fédéral a décidé d’étendre le droit à l’allocation pour perte de gain COVID-19. Désormais, les indépendants qui ne sont touchés qu’indirectement par les mesures officielles de lutte contre la pandémie auront aussi droit à une allocation s’ils sont autorisés à travailler, mais que leur activité a diminué ou pris fin à cause desdites mesures, à l’exemple des chauffeurs de taxi. Le montant maximal de l’allocation est de 196 francs par jour, soit 5’880 francs par mois, comme pour les autres ayants droit à l’allocation pour perte de gain COVID-19. Le droit prend naissance rétroactivement à compter du 1er jour du déclin de l’activité, mais au plus tôt le 17 mars 2020, et il prend fin après deux mois, mais au plus tard avec la levée des mesures destinées à lutter contre la pandémie de coronavirus. Les caisses de compensation pourront demander la restitution des prestations indûment perçues.

 


Transports en Commun

Depuis le lundi 6 juillet, le port du masque est obligatoire dans les transport publics

Leman Express

  • Depuis le 25 mai, le Leman Express circule toutes les 15 minutes entre Coppet et Genève Cornavin. Malheureusement, les navettes supplémentaires ne permettent pas de garantir une correspondance directe à Genève Cornavin en direction d'Annemasse, et ce, dans les deux sens.
  • Le groupe Lemanis a annoncé un retour à la quasi normal de son offre à partir du lundi 24 août 2020.
    Retrouvez toute l’info en temps réel sur le site du Leman Express


La CGN

  • Des mesures spéciales ont été mises en place à bord des bateaux afin de voyager en toute sécurité. 
  • Les règles sanitaires en vigueur dans chaque pays doivent être respectées à l'embarcadère ainsi que sur les bateaux. 
  • Retrouvez le détail sur le site de la CGN.
  • Le site internet de la sous-commission transports lacustre du GTE met régulièrement à jour les infos trafic de la CGN.


Les TPG 

  • Les TPG prennent eux aussi des mesures pour protéger leurs collaborateurs et leurs usagers. Depuis le lundi 8 juin, les lignes TPG circulent à nouveau selon leur horaire normal. Cependant, les lignes transfrontalière et Noctambus circulent avec des restrictions, en raison des mesures toujours imposées. Les TPG conseillent fortement d'éviter les transports en commun lors des heures de pointes. Retrouvez toute l’info trafic sur leur site.

  • Depuis le undi 3 août, les agences de vente TPG sont ouvertes selon l'horaires normal que vous pouvez retrouver directement sur le site web de la TPG.

 



Les + du GTE 

Suivez l'avancement des mesures mises en place tant par le Gouvernement français, que par le Conseil fédéral Suisse sur nos réseaux sociaux : Facebook et Twitter, ainsi que dans nos actualités.

Toute une équipe est mobilisée pour vous informer sur l'évolution de vos droits en tant que travailleurs frontaliers franco-suisses, et vous accompagner durant cette crise sanitaire.

 

Mise à jour le 25/11/2020

Ensemble soyons unis !

Soutenez-nous !

Déjà adhérent ? Identifiez-vous

en partenariat avec

MMA
Banque Populaire Auvergne-Rhône-Alpes
Crédit Agricole
Rentes Genevoises
UNIA
E-Job
ICA Patrimoine
Haysen