Pas de bi chez les élus suisses !

Lundi 04 Septembre 2017

Pas de bi chez les élus suisses !

 

04/09/2017

Le débat qui a alimenté l’espace politico médiatique de nos voisins cet été peut faire sourire ou pleurer ! Dans quelques mois, les Suisses doivent élire un nouveau conseiller fédéral. Rien de bien exceptionnel, sauf que, parmi les candidats, plusieurs disposent d’une double nationalité...

Le Genevois, Pierre Maudet, possède un passeport français alors que son collègue Ignazio Cassis un passeport italien par exemple. Dans ce pays multiculturel, disposant de quatre langues officielles, où 20% de la population détient une double nationalité, l’extrême droite a réussi à faire mettre la question sur la place publique : un Conseiller fédéral peut-il détenir une autre nationalité que la Suisse ? Autrement dit, peut-on être loyal et binational ? Dans un contexte de nationalisme exacerbé où de plus en plus de politiques suisses n’osent plus avouer leurs origines étrangères, les donneurs de leçons s’en sont donnés à cœur joie ! La lecture de quelques commentaires sur les réseaux sociaux pouvant vite donner la nausée, il vaut mieux ne pas s’attarder.

Une campagne pour le moins dérangeante et malgré tout efficace puisqu’un candidat a rendu son passeport italien alors qu’un autre a évoqué la possibilité de suspendre son autre nationalité durant son mandat ! Comme trop souvent désormais, il suffit de quelques individus s’appuyant sur les réseaux sociaux leur servant de caisse de résonnance pour lancer un débat délétère. Heureusement, il existe chez nos voisins une majorité de gens sensés qui n’ont pas manqué de rappeler que le général Guillaume Henri Dufour, héros de la nation, disposait d’une double nationalité suisse et française. Petit clin d’œil tout de même devant le silence du Mouvement des Citoyens Genevois (parti ouvertement anti frontalier) qui fait preuve d’une grande discrétion sur ce thème. Il faut dire que son chef historique dispose de trois passeports et que nombre de ses membres sont bi nationaux ! Le populisme a parfois des limites !

 

Rédigé par Jean-François Besson, Secrétaire général du GTE, et publié sur le Dauphiné Libéré#LaChroniqueDuFrontalier.

 

en partenariat avec

Crédit Agricole
Rentes Genevoises
UNIA
Caisse d'Epargne
Banque Populaire Auvergne-Rhône-Alpes
E-Job
Région Auvergne Rhône-Alpes
Vigny Depierre
Foyer Global Health