Le MCG en marche arrière !

Lundi 18 Septembre 2017

Le MCG en marche arrière !

 

18/09/2017

L’annonce a quelque peu surpris nos voisins genevois, l’ancien leader du Mouvement des Citoyens Genevois revient sur le devant de la scène politique en créant un nouveau parti : Genève en marche ! Une appellation qui a fait sourire de part et d’autre de la frontière.

Pour bien comprendre, il faut se souvenir que le fameux MCG avait été créé en 2005 et connu rapidement un certain succès. Son leader disposant d’indéniables qualités de tribun n’a pas hésité à surfer sur les vagues d’un populisme anti frontalier pour réussir son implantation. Comme souvent dans ce type de parti, le passage de la contestation systématique aux réalités de terrain et la guerre des égos  ont entraîné l’affaiblissement du mouvement et la chute de son chef historique.

Avec la création de Genève en marche, le canton comporte désormais trois partis que l’on peut qualifier de populiste : l’UDC, le MCG et Genève en marche. Paradoxalement, cette croissance partisane peut être une bonne nouvelle pour notre région. On peut raisonnablement penser que ces trois entités vont devoir se partager un nombre de voix qui n’est pas extensible. De cette division naîtra certainement une diminution  du nombre d’élus.  Voilà pour le côté positif. Pour le négatif, il y a fort à craindre que, d’ici le mois d’avril prochain, date des prochaines élections à Genève, nous assistions à une surenchère populiste. Les étrangers en général et les transfrontaliers en particulier vont être la cible privilégiée. Non seulement, ils sont très visibles à Genève, mais en plus ils ne votent pas. Les affiches, tracts et tous ménages aux caractères haineux et racistes vont se multiplier.

Reste à espérer que les partis traditionnels et leurs leaders sauront se positionner clairement sur ces sujets. Malheureusement, ce n’est pas évident ! Fin des années 2000, face au succès électoraux du MCG, la notion de préférence cantonale a été largement reprise par une partie de la classe politique traditionnelle. Un positionnement qui a conforté l’essor du parti extrémiste qui s’est félicité de voir ses thèses reprises largement par des élus aux abois. Fort heureusement, le peuple genevois, en votant massivement pour le maintien de la libre circulation des personnes le 9 février 2014 a montré sa sagesse. Espérons que dans cette campagne qui s’annonce agitée, les candidats genevois sauront faire preuve d’autant de tolérance.

 

Rédigé par Jean-François Besson, Secrétaire général du GTE, et publié sur le Dauphiné Libéré.  #LaChroniqueDuFrontalier.

en partenariat avec

Crédit Agricole
Rentes Genevoises
UNIA
Caisse d'Epargne
Banque Populaire Auvergne-Rhône-Alpes
E-Job
Région Auvergne Rhône-Alpes
Vigny Depierre
Foyer Global Health