Le Tessin revient en force !

Lundi 25 Septembre 2017

Le Tessin revient en force !

 

25/09/2017

Mercredi dernier, le 20 septembre, les chambres fédérales suisses ont élu au poste de Conseiller fédéral un italophone : Ignazio Cassis. Chez nos voisins, le Gouvernement fédéral est composé de sept conseillers. Ces Conseillers se répartissent les différents ministères du pays et cooptent parmi eux le Président de la Confédération pour un mandat d’une année. Il s’agit là d’une élection partielle dû à la démission de Didier Burkhalter, le ministre des Affaires étrangères qui avait annoncé son départ en juin dernier, pour des raisons personnelles.

Même si cette élection a fait peu de bruit dans les médias hexagonaux, elle pourrait bien avoir des conséquences importantes pour nos régions frontalières. Ignazio Cassis, comme son prénom l’indique, est originaire du canton du Tessin. Le seul canton italophone du pays. Son arrivée au plus haut niveau de la Confédération  constitue une grande satisfaction pour tous les Tessinois qui n’étaient plus représentés au Conseil fédéral depuis 18 ans. Le Tessin demeure un canton particulier pour nos voisins. Marqué par sa proximité avec l’Italie et un grand nombre de travailleurs frontaliers, le Tessin a connu de nombreux soubresauts politiques. Le mouvement populiste UDC, très présent, ne cesse de mettre en avant le « problème des frontaliers ». Il y a fort à craindre que l’arrivée de ce nouveau Conseiller fédéral entraîne un durcissement des relations avec l’Union européenne, particulièrement sur la question de la libre circulation des personnes. Même si Ignacio Cassis a affirmé vouloir consolider la voie bilatérale, il aura une pression certaine. Fait troublant, le nouveau Conseiller fédéral, qui possédait la double nationalité, a rendu son passeport italien au cours de la campagne électorale! La pression des nationalistes a été plus forte que ses racines italiennes ! Le candidat genevois, Pierre Maudet, qui possède lui aussi une double nationalité n’a pas renoncé à sa nationalité française et a montré au cours de cette campagne son attachement au dialogue européen. Malheureusement, il n’a pas été élu.

 

Rédigé par Jean-François Besson, Secrétaire général du GTE, et publié sur le Dauphiné Libéré.  #LaChroniqueDuFrontalier.

en partenariat avec

Crédit Agricole
Rentes Genevoises
UNIA
Caisse d'Epargne
Banque Populaire Auvergne-Rhône-Alpes
E-Job
Région Auvergne Rhône-Alpes
Vigny Depierre
Foyer Global Health