Chamonix Zermatt : 115 ans de liaison hivernale !

Lundi 30 Octobre 2017

Chamonix Zermatt : 115 ans de liaison hivernale !

 

30/10/2017

En janvier prochain, cela fera 115 ans que les deux capitales montagnardes sont réunies chaque hiver par une cohorte de plus en plus nombreuse de passionnés de ski de randonnée. Une liaison amoureuse qui a pris naissance à Chamonix.

Au début du 20ème siècle, la compagnie des guides commence à réfléchir sur l’extension des activités en dehors de la période estivale. Quelques guides ne sont plus vraiment paysans et il leur faut trouver un complément de revenus. Un homme va leur apporter un début de solution.

Le docteur Payot qui, de par sa profession, doit parcourir, en toutes saisons, la vallée pour se rendre au chevet de ses malades. Et l’hiver, il le fait en ski ! Très vite passionné, le fond de vallée ne lui suffit pas, et avec quelques amis guides ils décident d’utiliser les skis pour aller plus haut. Et autour d’une bonne fondue l’idée leur vient : pourquoi ne pas relier les deux capitales alpines, Chamonix et Zermatt ? Un sacré défi !

Nous sommes en janvier 1903. Cette année-là, l’hiver a été bien neigeux et un froid vif a stabilisé le manteau. Bref, toutes les conditions sont réunies pour tenter l’aventure. Trois des meilleurs guides de la compagnie : Joseph Ravanel, Joseph Couttet et Alfred Simond appuyés par trois porteurs entourent le docteur Payot.

Le 16 janvier la caravane part d’Argentières par les chalets de Lognan. Glacier d’Argentières, glacier et col du Chardonnet, fenêtre de Saleina puis la cabane d’Orny et descente sur Orsières. Avec le matériel de l’époque, nos skieurs étaient des costauds ! Finalement, après avoir été bloqué deux jours par le mauvais temps, l’équipe arrive à Zermatt le 22 janvier, à minuit. La conclusion de cette aventure, on peut la trouver dans le récit du docteur Payot, un visionnaire :
« Nous pouvons apprécier maintenant la valeur des skis comme moyen de locomotion : nous savons que les ascensions peuvent se faire aussi rapidement qu’à la belle saison, mais que si la descente de la montagne est, en été, aussi fatigante que la montée, elle n’est plus en hiver, sur les skis, qu’un plaisir délicieux »

Un délice qui se partagera de part et d’autre de la frontière !

 

Rédigé par Jean-François Besson, Secrétaire général du GTE, et publié sur le Dauphiné Libéré.  #LaChroniqueDuFrontalier.

en partenariat avec

Crédit Agricole
Rentes Genevoises
UNIA
Caisse d'Epargne
Banque Populaire Auvergne-Rhône-Alpes
E-Job
Région Auvergne Rhône-Alpes
Vigny Depierre
Foyer Global Health