Une Suisse pas si transparente...

Mardi 06 Février 2018

Une Suisse pas si transparente...

 

06/02/2018

Nos voisins, quelque peu mis sous pression par les Etats-Unis, et dans une moindre mesure par l'OCDE, ont accepté une transparence financière. Une révolution pour le monde bancaire helvète qui avait fait de la discrétion en ce domaine une bonne partie de sa réussite. Le citoyen pouvait donc penser que, enfin, l'Helvétie allait rejoindre le clan des pays vertueux.

Hélas, l’association Tax Justice Network qui classe, tous les deux ans, les pays selon leur opacité financière vient d’attribuer la première place à la Suisse !

Bon il faut être honnête, l’indice prend en compte deux paramètres : la transparence avec l’échange automatique des données par exemple et la taille du secteur financier. Forcément, ce dernier propulse la Suisse en tête. Si l’on regarde uniquement la transparence, la Suisse se situe à la 24ème place.

Mais malgré tout, quelques zones d’ombre demeurent. Berne a ainsi choisi de bâtir une coopération exemplaire avec les pays occidentaux en pratiquant l’échange des données. Par contre, il en va tout autrement avec les pays émergents.

L’association reproche au Parlement de choisir quels sont les pays avec qui il faut mettre en place l’échange de données. Un pouvoir discrétionnaire qui choque. D'autant que ces pays sont évidemment les plus fragiles. Ils ont besoin de plus d’aides pour lutter contre l’évasion fiscale et la corruption qui les gangrènent. En septembre dernier, l'UDC, le parti d’extrême droite avait tenté d’empêcher l’ajout de l’Inde, du Brésil, de l’Indonésie et de l’Afrique du sud à cette liste. Fort heureusement cette initiative a échouée, sauf pour l’Arabie Saoudite !

La transparence financière est donc bien une réalité chez nos voisins, mais pas pour tout le monde ! Reste que si la Suisse progresse, l’association relève que le pays qui évolue le plus négativement en ce domaine c’est les Etats-Unis. Le pays de l’oncle Sam se défend contre les paradis fiscaux étrangers, tout en étant un paradis fiscal pour les étrangers !

De quoi énerver plus d’un banquier suisse !

 

Rédigé par Jean-François Besson, Secrétaire général du GTE, et publié sur le Dauphiné Libéré.  #LaChroniqueDuFrontalier.

en partenariat avec

Crédit Agricole
Rentes Genevoises
UNIA
Caisse d'Epargne
Banque Populaire Auvergne-Rhône-Alpes
E-Job
Région Auvergne Rhône-Alpes
Vigny Depierre
Foyer Global Health