Fin de la télévision publique en Suisse ?

Mercredi 28 Février 2018

Fin de la télévision publique en Suisse ?

 

28/02/2018

Fidèles lecteurs de cette chronique, vous connaissez bien le système de votation de nos voisins. Il suffit d'un nombre relativement limité de signatures pour obtenir que, à peu près n'importe quel sujet soit soumis à la vox populi. Le week-end prochain, les Suisses vont ainsi voter sur le maintien de la redevance qui permet de financer la radio et la télévision publiques helvètes. Autrement dit, en cas de suffrage positif, c'est la fin annoncée de la RTS, la Radio Télévision Suisse.

Difficile d’imaginer chez nous un tel scénario ! Et contrairement à ce que l’on pourrait imaginer de prime abord, cette initiative n’a pas été lancée par un parti extrême, de gauche ou de droite d’ailleurs. Non, l’initiative vient d’un groupe de jeunes libéraux évoluant dans le milieu de la finance.

Il est intéressant de voir comment cette campagne « no Billag », du nom de la société qui prélève les 450 francs suisses de redevance, a évolué au fil des mois. Elle a d’abord suscité plutôt une adhésion populaire : après tout, économiser 450 francs est toujours attractif. De plus, comme en France, le spectateur ou l’auditeur trouve toujours que ces médias en font trop ou pas assez.

Et puis, au fil des semaines, chacun a pu mesurer ce que signifierait la fin de ce système. La Suisse est un pays multilingue et la RTS diffuse des programmes dans chacune des trois langues. La fin du service d’Etat, signifie aussi son remplacement par des sociétés privées.

Mais à quel prix ? Et pour la Suisse romande, et encore plus la Suisse italienne, quelle société privée pourrait offrir des programmes locaux ? Et qu’en sera-t-il de l’information et du sport diffusés gratuitement… ? Où trouver de l’information indépendante ?

Bref, l’évolution des sondages montre un renversement très net en faveur du rejet de cette initiative. Mais, ce débat, qui peut nous paraître quelque peu surréaliste, illustre malgré tout la vitalité de la démocratie suisse. Le sujet, aussi délicat qu’il soit, aura été débattu sur la place publique, et le peuple aura pu prendre conscience du rôle et de l’importance d’un service public de radio télévision.

Au final, une belle leçon de démocratie.

 

Rédigé par Jean-François Besson, Secrétaire général du GTE, et publié sur le Dauphiné Libéré.  #LaChroniqueDuFrontalier.

en partenariat avec

Crédit Agricole
Rentes Genevoises
UNIA
Caisse d'Epargne
Banque Populaire Auvergne-Rhône-Alpes
E-Job
Région Auvergne Rhône-Alpes
Vigny Depierre
Foyer Global Health