Chatbot

Les petits Genevois vont découvrir qu’ils ont des ancêtres gaulois !

Lundi 30 Avril 2018

Les petits Genevois vont découvrir qu’ils ont des ancêtres gaulois !

 

30/04/2018

La nouvelle a défrayé la chronique en février dernier, le canton de Genève refusera désormais d’inscrire dans ses écoles, les enfants domiciliés en France. Dis comme cela, cela peut paraître normal, sauf que la très grande majorité de ces enfants sont des petits Genevois, dont les parents ont choisi de s’installer à proximité de la frontière. Le canton refuse donc de scolariser ses propres enfants ! 

Pour comprendre l’impact d’une telle mesure, il suffit de prendre en exemple la mairie de Saint Julien-en-Genevois où son bouillant maire, Antoine Vielliard, ne décolère pas.

Si cette mesure est appliquée à la rentrée de 2019 comme le texte le prévoit, cela signifie une centaine d’enfants de plus à scolariser dans sa commune et trois ou quatre classes supplémentaires, le tout sans aucune compensation de la République de Genève.

Les Genevois installés en France sont abasourdis. Beaucoup ne comprennent pas. Ils ont fait le choix de venir s’installer de l’autre côté de la frontière principalement à cause d’une offre immobilière totalement exsangue à Genève. Scolariser leurs enfants dans une école française les fait entrer dans une démarche d’expatriation qu’ils n’avaient pas du tout envisagée.

Une mesure qui choque également par son unilatéralisme. A aucun moment le Conseil d’Etat n’a pris le soin d’informer ses interlocuteurs de l’autre côté de la frontière, les mettant devant le fait accompli.

En réaction, Antoine Vielliard a demandé un avis de droit auprès d’un avocat genevois. Ce dernier émet un avis totalement contraire à la disposition. Ce refus viole les droits fondamentaux de ces enfants à une éducation obligatoire, universelle et gratuite garantie par la Constitution fédérale et la Constitution genevoise. Le maire de Saint-Julien met cet avis à la disposition des familles concernées. Non sans faire remarquer qu’il est quand même un peu fort que ce soit une collectivité française qui doive défendre des ressortissants genevois contre des mesures discriminatoires prises par leur propre canton !

Si rien ne change, les petits Genevois, habitant en France, pourraient donc bien apprendre une nouvelle histoire commençant pas : nos ancêtres les Gaulois !

Rédigé par Jean-François Besson, Secrétaire général du GTE, et publié sur le Dauphiné Libéré.
#LaChroniqueDuFrontalier

 

en partenariat avec

MMA
Banque Populaire Auvergne-Rhône-Alpes
Crédit Agricole
Rentes Genevoises
UNIA
E-Job
ICA Patrimoine
Haysen