Chatbot

Interdiction de la chasse : l'exemple genevois

Lundi 22 Octobre 2018

Interdiction de la chasse : l'exemple genevois

Le tragique accident de chasse de la semaine dernière où un vététiste a été abattu par un jeune chasseur a de quoi choquer tout un chacun. D'autant qu'il intervient après la mort, il y a deux ans, d'un trailer dans le Semnoz, décédé dans les mêmes circonstances.

Chez nos voisins genevois, ces dramatiques scénarios ne peuvent exister, tout simplement parce que la chasse est interdite depuis 1974. A l'époque, la votation avait provoqué des débats houleux et passionnés. Parmi les arguments des tenants du maintien de la chasse, la gestion de la faune locale était souvent mise en avant. Comment allait se réguler les populations animales et tout particulièrement celles qui causent de gros dégâts aux cultures ?

La suppression de la chasse a, de facto, remis au Canton la gestion de la faune et de la flore. Alors, 44 ans après quel bilan tirer de cette expérience unique en Suisse ? De l'avis général, il est très positif. La biodiversité s'est développée, les effectifs et la diversité des oiseaux d'eau ont fortement augmenté, ainsi que les populations dites de petits gibiers. A tel point d’ailleurs que des opérations de capture de lièvres sont régulièrement menées au profit de la France voisine ! Quant au gros gibier, là aussi le bilan s'avère positif. Sangliers et chevreuils sont évidemment bien présents et même le cerf a fait sa réapparition dans les bois de Versoix !

Un bon bilan mais qui a un coût. Un coût relatif car, au fil des années, les 12 gardes faune ont su gérer les populations animales. Le canton estime que les travaux techniques, la surveillance et la régulation de la faune occupent l'équivalent d'un poste à temps complet. Quant à l'indemnisation des cultures, elle concerne désormais moins de 1% des surfaces agricoles pour un budget tout à fait acceptable.

Bref, l'exemple genevois, avec bien sûr ses spécificités propres, prouve qu'il est tout à fait possible de gérer une faune sans la présence de chasseurs. Bien évidemment, la culture de la chasse n’est pas la même que chez nous, et les chasseurs genevois sont venus pratiquer en France voisine. La population genevoise, est très satisfaite de cette évolution. En 1974, 72% des Genevois avaient voté pour l'interdiction, en 2006, ils étaient 90% à la plébisciter.

Quant aux trailers et vététistes genevois, ils préfèrent rester du bon côté de la frontière au moins jusqu'à la fin de la période de chasse en France.

 

Rédigé par Jean-François Besson, Secrétaire général du GTE, et publié sur le Dauphiné Libéré.
#LaChroniqueDuFrontalier

en partenariat avec

MMA
Banque Populaire Auvergne-Rhône-Alpes
Crédit Agricole
Rentes Genevoises
UNIA
E-Job
Crédit Mutuel
ICA Patrimoine