Chatbot

Rolex : à l'origine du sponsoring

Lundi 21 Octobre 2019

Rolex : à l'origine du sponsoring

La Chronique Du Frontalier. 

En 1905, Hans Wilsdorf, homme d'affaires suisse décide de se lancer dans l'horlogerie. Pour la marque qu'il veut lancer, il choisit un nom court, percutant et qui puisse être retenu dans toutes les langues : Rolex.

L'homme est un sacré commercial. Il y a plus d'un siècle, il a compris que pour vendre une montre, il ne suffisait pas de parler technologie, mais que la part de rêve était toute aussi essentielle. Et parmi les rêves de l'époque : l'exploration était en plein boom. Il se lance alors dans une aventure incroyable, faire porter ses montres par les plus grands explorateurs du moment et communiquer ensuite sur leurs exploits, en mettant toujours en avant la montre qui a résisté dans les pires conditions.

En 1927, premier exploit. Une anglaise, Mercedes Gleitze, traverse la Manche à la nage. L'événement est considérable. Les journalistes relèvent que la montre, portée autour du coup de la nageuse, fonctionne toujours après plus de 15 heures dans l’eau. Rolex achète alors des pages entières dans les journaux pour raconter l'exploit. Le concept de témoignage est lancé et ne quittera plus la marque. En 1933, un aviateur anglais, Stewart Blacker, survole pour la première fois l'Everest. Il décrit alors les conditions extrêmes qu'il a dû affronter ainsi que sa montre ! En 1935, Malcom Campbell bat le record de vitesse sur terre avec un rush à 485 km/h. A son poignet une Oyster, le modèle emblématique de la marque. En 1947 cette montre dépasse le mur du son et en 1953, elle est aux poignets de Edmund Hillary et Tensing Norgay lorsqu'ils atteignent le sommet le plus haut de la planète : l'Everest. Et si Rolex peut monter sur les plus hauts sommets, la marque sait aussi descendre dans les abysses. En 1960, Jacques Piccard et Don Walsh atteignent 10'916 mètres de profondeur avec leur bathyscaphe... Et leur Rolex !

A chaque fois, les témoignages viennent illustrer l'incroyable qualité des montres portées par tous ces explorateurs. Depuis, le concept n’a guère changé mais peu de sportifs, aventuriers, chercheurs… savent que le sponsoring a été conçu et développé en Suisse.

 

Rédigé par Jean-François Besson, Secrétaire général du GTE, et publié sur le Dauphiné Libéré.
#LaChroniqueDuFrontalier

en partenariat avec

MMA
Banque Populaire Auvergne-Rhône-Alpes
Crédit Agricole
Rentes Genevoises
UNIA
E-Job
ICA Patrimoine
Haysen