Chatbot

L'avenir de l'aéroport se jouera dans les urnes !

Mardi 19 Novembre 2019

L'avenir de l'aéroport se jouera dans les urnes !

La Chronique Du Frontalier. 

Encore un bel exemple de démocratie directe chez nos voisins. Le 24 novembre prochain, les Genevois vont voter sur l'avenir de leur aéroport. Depuis des années, Genève Cointrin poursuit un développement exponentiel. L'arrivée de EasyJet, après la déconfiture de Swissair, et le développement de nouvelles lignes régulières, ont fait de cet aéroport une plaque tournante du trafic aérien européen.

Dépassant allègrement les 17 millions de passagers en 2018, il est loin devant Lyon Satolas qui avoisine les 10 millions d'usagers. Malgré une configuration délicate, il ne dispose que d'une piste, ses dirigeants envisagent très sérieusement de dépasser les 20 millions de passagers dans un avenir proche. Un objectif ambitieux qui séduit les acteurs économiques du Canton. Un aéroport puissant représente des emplois, des liaisons nouvelles qui permettent de valoriser encore plus la place du Genève dans le monde, et des retombées importantes sur le tourisme local, y compris d'ailleurs pour la France voisine.

Sauf que, il y a un problème. Cet essor se fait en multipliant les vols et les nuisances. Or, Genève Cointrin est un aéroport de ville, et qui dit ville dit riverains ! Et ceux-ci n'en peuvent plus. Et même si les vols de nuit sont interdits après minuit, ils s'inquiètent fortement quant à leur avenir.

Nous serions en France, ces riverains auraient organisés des manifestations avec des risques de dérapages violents, des occupations de l'aéroport entraînant des tensions aussi bien politiques que policières. Mais nous sommes en Helvétie ! Un comité s'est réuni, a recueilli suffisamment de signatures pour lancer une initiative populaire, avec comme objectif principal de limiter l'essor de l'aéroport. Evidemment, un contre-projet, porté par les acteurs économiques et le gouvernement, a été lui aussi déposé. Et le 24 novembre prochain, nos voisins iront voter.

Quel que soit le résultat, il aura permis un véritable débat sur le sujet et sera accepté par tous. La démocratie, peut être très simple !

 

Rédigé par Jean-François Besson, Secrétaire général du GTE, et publié sur le Dauphiné Libéré.
#LaChroniqueDuFrontalier

en partenariat avec

MMA
Banque Populaire Auvergne-Rhône-Alpes
Crédit Agricole
Rentes Genevoises
UNIA
E-Job
ICA Patrimoine
Haysen