Chatbot

Champignac à la sauce helvète

Lundi 13 Janvier 2020

Champignac à la sauce helvète

#LaChroniqueDuFrontalier 

Comme chaque année, je ne résiste pas au plaisir de vous présenter les Champignacs remis par le journal satirique suisse : La Distinction. Les lecteurs de BD et plus particulièrement de Spirou et Fantasio reconnaîtront facilement le nom de cette ville où le maire se distingue par de longs discours pleins de langue de bois. Nos Champignacs helvètes récompensent donc les plus beaux lapsus et autres dérapages verbaux du monde politico-médiatique helvète, et il y a de quoi faire !

En 2019, les journalistes sportifs se sont particulièrement illustrés. Ainsi Miguel Aquiso a reçu une mention "ski acrobatique" suite à son article sur le retour de la championne de ski helvète : Lara Gut "c’est la confirmation qu’elle remonte sur un podium en descente. Cela ne lui était plus arrivé depuis deux ans." Mais ils n’ont pas été les seuls à se mélanger les pinceaux comme en témoigne le petit mot de Xavier Berthod, Président de la section valaisanne des transports routiers : "c’est un autogoal qu’on se tire dans le pied" ! Et dans le genre, le Champignac d’argent gagné par Boris Busslinger, journaliste, semble bien mérité : "sous l’emprise d’un taux d’alcool supérieur à deux pour mille, le meurtrier avait eu deux enfants avec la femme qu’il a abattue."

Quant au Champignac d’or, elle revient au monde politique avec la petite phrase du conseiller communal de Lausanne qui interpelle : "dans cette coquille vide, il y a un os."

Mais pour cette édition 2019, les journalistes ont fait plus fort que les politiques, particulièrement sur la RTS. Deux affirmations entendues sur les ondes laissent les auditeurs quelque peu dubitatifs : "il pourrait échapper à un accueil trop glacial dans certaines zones frappées par les incendies" et "donc, c’est pour une raison commerciale qu’on a fixé le 1er janvier au 1er janvier ?"

Des journalistes qui ont parfois une connaissance de la France étonnante : "la devise de la France, liberté, égalité, fraternité, qu’on retrouve sur tous les fronts baptismaux de tous les édifices publics français." Vivement 2020 !

 

Rédigé par Jean-François Besson, Secrétaire général du GTE, et publié sur le Dauphiné Libéré.
#LaChroniqueDuFrontalier

en partenariat avec

MMA
Banque Populaire Auvergne-Rhône-Alpes
Crédit Agricole
Rentes Genevoises
UNIA
E-Job
ICA Patrimoine
Haysen