Chatbot

Genevois, partez en vivre en France voisine !

Lundi 17 Février 2020

Genevois, partez en vivre en France voisine !

La Chronique Du Frontalier. 

Il y a une semaine, les Genevois ont voté sur plusieurs sujets dont un est passé inaperçu de ce côté de la frontière. Un sujet qui pourrait bien avoir des conséquences pour la Haute-Savoie.

Avec une confortable majorité, les Genevois ont refusé de déclasser deux zones villas à Cointrin pour permettre la construction d’immeubles. Il est intéressant de noter que, quasiment, toutes les communes ont refusé la proposition. Un vote qui peut sembler logique, et qui aurait sans doute le même résultat de ce côté de la frontière. Tout élu sait combien il est difficile de faire accepter, par la population, le développement de nouveaux quartiers, surtout si ce quartier doit intégrer des immeubles. Pourtant, à Genève, la pénurie de logements est telle que les initiants espéraient une prise de conscience populaire. Et d’ailleurs, le refus a été le plus faible dans les zones les plus fortement urbanisées où, bien évidemment, la pénurie pèse le plus.

En clair, les habitants des zones de villas ne veulent pas de nouveaux projets qui pourraient modifier leur environnement alors que les moins favorisés verraient d’un bon œil l’aménagement de nouveaux quartiers plus agréables et qui feraient baisser la pression immobilière et les coûts du logement. Mais si ce refus a des conséquences chez nos voisins, il pourrait bien en avoir aussi pour notre département. Ce vote intervient trois mois après le rejet de déclassement de deux autres projets et confirment donc la volonté des Genevois de limiter les constructions sur leur territoire. Il va donc falloir trouver des solutions. Certains parlent de bureaux vides, de construire des étages supérieurs sur les toits… Mais le plus simple et le plus rapide sera de se tourner vers la France voisine bien sûr !

Le paradoxe étant que les mêmes citoyens qui rejettent, de fait, les logements de l’autre côté de la frontière font des pieds et des mains pour que cette frontière soit fermée afin d’éviter les flux de voitures quotidiens !

Les relations transfrontalières n’ont pas fini de se tendre !

 

Rédigé par Jean-François Besson, Secrétaire général du GTE, et publié sur le Dauphiné Libéré.
#LaChroniqueDuFrontalier

en partenariat avec

MMA
Banque Populaire Auvergne-Rhône-Alpes
Crédit Agricole
Rentes Genevoises
UNIA
E-Job
ICA Patrimoine
Haysen