Chatbot

Léman Express: le ras le bol des frontaliers !

Lundi 02 Mars 2020

Léman Express: le ras le bol des frontaliers !

La Chronique Du Frontalier 

« Je suis découragé. J’ai pris mon abonnement au Léman express, persuadé que ce serait enfin la fin de la galère pour moi. C’est pire ! Je ne compte pas les trains annulés, les changements de quais à Annemasse et même les fois où j’ai dû retourner en catastrophe chez moi prendre ma voiture ! »

Des témoignages de ce type, le Groupement en a reçu des dizaines. Entre énervement, lassitude et colère, les sentiments des usagers fluctuent mais tous expriment une chose : l’espoir déçu. Pour beaucoup, ce Léman express devait être le moyen de transport idéal pour se rendre à Genève. Il faut dire que la mariée était belle le 15 décembre dernier, devant tous les élus réunis pour célébrer des noces franco-suisses. La réalité est venue rapidement contrecarrer l’optimisme affiché par tous.

Evidemment, la concordance des temps entre la mise en route du Léman express et une grève longue côté français a, pour le moins, compliqué la première phase. Mais, bien vite, il est apparu que la grève seule ne justifiait pas toutes les perturbations. D’autant que la reprise du travail des cheminots français n’a pas été synonyme de la fin des difficultés.

Le Groupement transfrontalier, par la voix de son vice-président en charge des transports, Joel Jacquier, est intervenu auprès de la Région pour qu’un groupe de travail se mette en place. Une task force qui existe déjà côté suisse ! Suite à une première réunion, il est apparu trois points noirs. Un manque de conducteurs suisses et français, un manque de rames disponibles suite aux nombreuses pannes et enfin un dysfonctionnement informatique majeur sur les rames suisses.

Face à la colère de Martial Saddier, représentant de la Région qui finance lourdement le Léman express, le gestionnaire Lémanis s’est engagé à résoudre l’ensemble de ces problèmes dans les trois mois. Il n’en demeure pas moins que ces difficultés illustrent bien une chose, trains suisses et trains français ne sont pas facilement compatibles ! Reste à espérer que, très vite, le Léman express prenne sa vitesse de croisière, à l’instar du tramway d’Annemasse qui, lui, circule sans problème !

Rédigé par Jean-François Besson, Secrétaire général du GTE, et publié sur le Dauphiné Libéré.
#LaChroniqueDuFrontalier

en partenariat avec

MMA
Banque Populaire Auvergne-Rhône-Alpes
Crédit Agricole
Rentes Genevoises
UNIA
E-Job
ICA Patrimoine
Haysen