Chatbot

Impact de la crise Covid sur le marché du travail frontalier

Jeudi 15 Juillet 2021

Impact de la crise Covid sur le marché du travail frontalier

Pôle emploi d’Auvergne-Rhône-Alpes et l’Insee ont publié en juin 2021 un rapport mettant en lumière l’impact de la crise sanitaire sur le marché du travail frontalier. L’étude montre que la zone transfrontalière franco-suisse subit sa dépendance à l’économie Suisse.

En effet selon l’Etude Observatoire Statistique Transfrontalier et l’Insee, « en temps normal, la proximité de la frontière accroit les opportunités d’emploi pour les actifs français. Mais en temps de crise, cela les place dans une situation de dépendance de l’économie suisse et de la conjoncture genevoise ».

La spécificité frontalière

Au premier trimestre 2021, près de 110 040 français résidant en Auvergne-Rhône-Alpes travaillaient en Suisse, dont 82 450 en Haute-Savoie, soit 75% et 24 490 dans l’Ain, soit 22%. Ce nombre est en légère hausse par rapport au trimestre précédent.

Une augmentation des demandeurs d’emploi en un an

Entre mars 2020 et mars 2021, Pôle emploi a noté une hausse de +13% de la demande d’emploi en zone frontalière, soit une augmentation de 4 370 demandeurs d’emploi en un. Dans cette même zone frontalière et sur la même période que l’année précédente, Pole emploi a remarqué une surreprésentation du nombre d’inscription à la suite d’un licenciement économique. On compte 10% d’inscrit en 2021 contre 7% en 2020.

Les frontaliers plus impactés ?

Pole emploi constate que depuis le début de la crise sanitaire, près de 13% des inscrits sont des personnes qui travaillaient auparavant en Suisse. L’agence a notamment relevé une part importante d’inscription « en provenance de Suisse » lors des premiers mois de la crise sanitaire. 20% au premier trimestre 2020, qui ensuite redescend à 10% au cours de l’été 2020. En fin d’année dernière, la tendance repart à la hausse avec une part d’inscription dépassant déjà les 16% en janvier 2021.

Par conséquent, on compte près de 6 600 frontaliers inscrits auprès de Pôle emploi entre mars 2020 et mars 2021. Les inscrits se caractérisent par :

  • 60% sont des hommes – contre 53% parmi les « non-frontaliers »
  • 37.7ans d’âge moyen – contre 36 ans parmi les « non-frontaliers »
  • 3% sont bénéficiaires du RSA – contre 13% parmi les non-frontaliers
  • 17% sont des cadres – contre 12% parmi les « non-frontaliers »
  • Les personnes du service restauration et cuisine sont les plus représentés.

A la fin du mois de décembre 2020, sur la zone transfrontalière, on compte près de 15 870 demandeurs d’emploi ayant travaillé en Suisse et bénéficiant de l’indemnisation Assurance-Chômage versée par pôle emploi dans le cadre de la convention de gestion franco-suisse. Ce chiffre est en hausse de +27% sur un an. De même, en moyenne, le taux journalier moyen d’indemnisation d’un frontalier suisse s’élève à 91€ contre 40€pour l’ensemble des indemnisé en Auvergne-Rhône-Alpes.

Quelles sont les perspectives ?

Selon l’enquête conjoncturelle d’automne de la chambre de commerce, d’industrie et de service de Genève (CCIG), près de 28% des entreprises ont réduit leur effectif en 2020, notamment parmi les entreprises exportatrices, ainsi que dans le secteur de l’industrie avec 33%. En octobre 2020, au moment de la clôture de l’enquête, les entreprises prévoyaient une moins de réduction de l’effectif en 2021. En effet, en moyenne, seules 18% d’entre-elles imaginaient de réduire le nombre de collaborateurs en 2021. Cette proportion était toutefois de 21ù dans l’industrie et de 26% pour les entreprises qui exportent plus de 80% et plus de leur production. A noter que, dans le même temps, 15% des répondant prévoyaient d’augmenter leurs effectifs.

 

Source : Pôle emploi Auvergne-Rhône-Alpes

en partenariat avec

MMA
Banque Populaire Auvergne-Rhône-Alpes
Crédit Agricole
Rentes Genevoises
UNIA
E-Job
ICA Patrimoine
Haysen