Chatbot

Sérénité parlementaire

Mardi 10 Décembre 2019

Sérénité parlementaire

La Chronique du Frontalier. 

Lundi 2 décembre, la 51ème législature des Chambres fédérales s’est ouverte dans le Palais fédéral à Berne. Les 246 parlementaires ont pris place dans l'hémicycle pour quatre ans.

Pour ceux qui ont eu l'occasion de se rendre dans la capitale helvète et qui ont approché le Palais fédéral, la comparaison avec son homologue français peut surprendre. Pas de forces de police stationnées tout autour, pas de barrières de protection et une réelle impression de sérénité. La proximité que l'on cultive en Suisse entre la population et ses élus se retrouve complètement. Et d'ailleurs, jusqu'au début des années 2000, l'accès au Palais était ouvert à quasiment tout un chacun. Il suffisait d'être accompagné par un élu pour pénétrer dans le saint des saints sans montrer aucun papier ! Et si les mesures de sécurité sont devenues plus draconiennes, l'accès au bâtiment fédéral n'a rien avoir avec ce que nous connaissons en France.

Des différences entre nos deux institutions qui se manifestent aussi dans la cérémonie d'investiture des élus. La Suisse est un pays multilingue. Il faut donc que chacun puisse s'exprimer. Au début de la cérémonie, comme en France, c'est le doyen de l'Assemblée qui ouvre les débats. Sauf que, à Berne, il doit le faire dans les quatre langues officielles. La maîtrise d'au moins deux langues nationales est évidemment un atout majeur dans la vie politique helvète !

Autre particularité qui peut surprendre, la prestation de serment des élus du Conseil national. Une prestation qui se fait groupée mais pas avec la même formule. Les élus de droite jurent d'être fidèles à la Constitution et aux lois au nom de Dieu tout-puissant. Ils associent leur déclaration par un geste en brandissant le pouce, l'index et le majeur. Les élus de gauche eux promettent de respecter la Constitution et de remplir, en conscience, les devoirs de leur charge.

Mais tous se retrouvent pour chanter ensemble le Cantique suisse, l'hymne national, chacun dans sa langue !

 

Rédigé par Jean-François Besson, Secrétaire général du GTE, et publié sur le Dauphiné Libéré.
#LaChroniqueDuFrontalier

en partenariat avec

MMA
Banque Populaire Auvergne-Rhône-Alpes
Crédit Agricole
Rentes Genevoises
UNIA
E-Job
ICA Patrimoine
Haysen