Groupement Transfrontalier

Suisse : Championne du Monde

La Suisse, un pays sclérosé, rivé sur ses acquis et qui vit grâce à ses banques. Voilà bien comment de nombreux compatriotes voient notre pays voisin. Une vision totalement fausse comme vient de le prouver le classement du World Economic Forum. Un classement mondial où la Suisse arrive en 1ère position. Et oui, la confédération helvétique est considérée comme le pays champion du monde de la compétitivité économique. A titre de comparaison, la France arrive en 18ème position ! Atout majeur de notre voisin : la grande solidité du cadre légal et institutionnel qui joue un rôle fondamental favorisant un bon climat d’affaires. Si vous ajoutez des infrastructures extrêmement performantes, vous obtenez un taux de croissance supérieur à 3 %. Alors si vous complétez ces éléments par une relative paix du travail, un droit social étatique limité, on commence à comprendre pourquoi, de plus en plus de sociétés françaises envisagent de passer la frontière. C’est déjà le cas en Franche-Comté où plusieurs entreprises ont franchi le pas. Elles ont déménagé avec toutes leurs machines et souvent leurs salariés qui deviennent des frontaliers. Une évolution sur laquelle nos politiques feraient bien de réfléchir ! Un résultat flatteur pour les Suisses mais qui ne doit pas masquer certaines faiblesses. Le système d’enseignement primaire demeure l’un des handicaps les plus sérieux à une amélioration de la compétitivité. De même, les administrations publiques sont perçues comme l’obstacle le plus important à l’épanouissement du climat des affaires. Enfin, le boulet pour toute l’économie suisse : demeure l’agriculture avec son niveau de protectionnisme et de subventions complètement déraisonnable selon les experts du World Economic Forum. Si la Suisse prend la première place, les pays du nord de l’Europe renforcent leur classement grâce à leur capacité d’innovation, la qualité de leurs infrastructures et leur niveau de formation supérieure. L’Allemagne est handicapé par le manque de tonus de sa croissance, le Royaume-Uni par la faiblesse de son système de formation et la France par les rigidités de son droit du travail ! Imprimer l’article

Lire la suite