Groupement Transfrontalier

Le plein emploi

En cette période de campagne électorale où les candidats nous promettent monts et merveilles, il est parfois utile de regarder ce qui se passe chez nos voisins helvètes. Au cœur de la présidentielle, l’emploi demeure une préoccupation majeure des Français et le problème semble loin d’être résolu. Pour certains, le chômage pourrait bien être un phénomène durable dans nos sociétés actuelles. Et pourtant chez nos voisins suisses le plein emploi est de retour. Depuis plusieurs années, le taux de chômage baisse régulièrement en Suisse, il vient d’atteindre les 3%. Notre voisin devient ainsi le premier pays européen ayant retrouvé le plein emploi, selon la définition de l’Union européenne. Un score d’autant plus impressionnant que, selon le Gouvernement suisse, ce taux pourrait rapidement atteindre les 2%, ce qui correspond à un seuil incompressible. Mais comment expliquer cette performance alors que, tous les grands pays européens dont la France n’arrivent pas à limiter leur chômage ? Il existe bien entendu de nombreuses explications, structurelles et conjoncturelles. Les entreprises suisses ont, il y a une dizaine d’années, fait d’importantes restructurations. Des secteurs entiers, comme la banque, ont dû diminuer leurs effectifs, mener des fusions… Aujourd’hui, le pays dispose d’entreprises saines, avec des capacités d’investissement importantes et qui ont de nouveau besoin de main d’œuvre. Le grand voisin allemand connaît, lui aussi, une reprise économique forte. Et comme la Suisse travaille traditionnellement beaucoup avec ce pays, les retombées pour l’économie helvètes sont importantes. Quant au franc suisse, faible face à l’Euro, il dynamise les exportations tout en limitant les importations. Reste enfin le sujet qui fâche en France, surtout en période électorale. En Suisse, les charges salariales et patronales représentent 24 % du salaire brut, en France 60%. En Suisse, le nombre d’heures travaillées par an et par salarié est de 1’832, en France il est de 1’575 ! Sans doute des éléments de réflexion pour nos candidats ! Imprimer l’article

Lire la suite