Merci la libre circulation ! La chronique du GTE

Mardi 29 Aout 2017

Merci la libre circulation ! La chronique du GTE

 

29/08/2017

Je vais sans aucun doute faire bondir quelques-uns de nos amis suisses pour cette chronique de début de saison. Allez, je me lance et ose le dire : la libre circulation des personnes entre la Suisse et l’Union européenne a été très largement positive pour nos voisins.

J’entends déjà quelques commentaires acerbes  des représentants de mouvements populistes locaux. Pourtant, ce constat émane de la Confédération elle-même et les chiffres ne trompent pas.

Depuis la mise en place des accords bilatéraux il y a quinze ans, l’économie suisse n’a fait que progresser. Malgré des aléas conjoncturels et malgré le franc fort, le PIB du pays a bondi de 29%. L’emploi a cru de 22% et les salaires de 12%. Si la population a augmenté de 15%, il est intéressant de noter que la libre circulation des travailleurs a surtout permis l’arrivée, en Suisse, de personnel très qualifié. Ce qui a largement favorisé le développement et la spécialisation des entreprises sur des secteurs à forte valeur ajoutée. Quant au taux de chômage, il est au plus bas, flirtant les 3%.

Mais, ce qui est particulièrement intéressant réside dans le fait que la libre circulation a rendu plus vertueuse l’économie. Et, sur ce point, nos voisins sont très forts. Afin d’éviter tout risque de dumping salarial et social, les cantons ont surveillé et contrôlé de très près l’évolution  du marché du travail. Certains n’ont pas hésité à augmenter le nombre d’inspecteurs. Résultat, le travail au noir a fondu et les emplois précaires ont diminué. Quant aux salaires, les cas de sous enchères sont minoritaires. Bref, la preuve qu’un marché du travail ouvert peut très bien fonctionner : à condition que les règles soient définies et respectées.

En 2001, quelques cassandres helvètes, et oui,  il en existe, nous prédisaient le pire. Force est de constater quinze ans plus tard que la libre circulation des personnes et donc des travailleurs peut être un atout pour une économie. En ces temps où les principes fondateurs de l’Union européenne sont remis en cause ce constat fait du bien.

 

Rédigé par Jean-François Besson, Secrétaire général du GTE, et publié sur le Dauphiné Libéré#LaChroniqueDuFrontalier.

 

en partenariat avec

Crédit Agricole
Rentes Genevoises
UNIA
Caisse d'Epargne
Banque Populaire Auvergne-Rhône-Alpes
E-Job
Région Auvergne Rhône-Alpes
Vigny Depierre
Foyer Global Health