Chrüterchraft !

Mardi 05 Décembre 2017

Chrüterchraft !

 

05/12/2017

Si vous faites partie des 65% de Suisses qui parlent le Suisse allemand, vous saurez sans doute prononcer ce mot : chrüterchraft . Pour nous autres Latins, il s’avère quasiment imprononçable. Et pourtant ce mot vous dit quelque chose. Vous l’avez entendu, sans doute, lors d’une publicité d’un célèbre bonbon helvète : le Ricola.

 

Le fameux bonbon qui a été inventé en 1930 par un certain Monsieur Richterich qui crée cette année-là la société Richterich and co Laufen. Laufen étant le nom de la ville où l’usine de fabrication est toujours installée dans le canton de Bâle campagne. Un nom un peu long qui, en abrégé, donne RICOLA.

C’est en 1940, que le patron, travailleur acharné, trouve la formule magique, toujours en vigueur actuellement et qui fait que le Ricola est unique. Si la formule demeure secrète, sa composition a été rendue publique. Si l’envie de réaliser votre propre bonbon aux plantes vous démange sachez qu’il va vous falloir rassembler 13 plantes. Dans votre panier, il vous faudra du marrube, de la petite pimprenelle, de la véronique, de la guimauve un peu d’alchémille, ajoutez du sureau, de la mauve et de la menthe poivrée sans oublier bien sûr la sauge, le millefeuille achillée, la primevère, le plantain et pour finir un peu de thym !

Chez Ricola ces plantes viennent de Suisse bien sûr ! Car Ricola se veut une entreprise citoyenne et écologique. Lorsqu’il a fallu agrandir et changer de site de production, l’entreprise a choisi de rester en Suisse dans le même canton. Et il en va de même pour les produits. La plupart sont récoltés dans le pays et Ricola a passé des contrats d’engagement avec ses producteurs. En échange, ils s’engagent à respecter des normes de productions écologiques. Une seule exception à ce principe, les emballages qui eux viennent de France voisine.

Quant à la signification du fameux Chrüterchraft, le mot évoque selon des publicitaires de la marque, les plantes, l’efficacité et le plaisir. Je vous laisse donc encore une fois le plaisir de le prononcer : Chrüterchraf !

 

Rédigé par Jean-François Besson, Secrétaire général du GTE, et publié sur le Dauphiné Libéré.  #LaChroniqueDuFrontalier.

en partenariat avec

Crédit Agricole
Rentes Genevoises
UNIA
Caisse d'Epargne
Banque Populaire Auvergne-Rhône-Alpes
E-Job
Région Auvergne Rhône-Alpes
Vigny Depierre
Foyer Global Health